Communistes!


PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Dans le courrier des lecteurs du quotidien « 24 Heures », Philippe Barraud se penche sur le retour de l’extrême-droite. Une seule raison à cette évolution, à ses yeux: la peur du communisme. L’analogie avec les années 20 est cousue de fil blanc. Et l’ancien rédacteur en chef de la Gazette de Lausanne de citer un candidat républicain entendu sur les ondes de la radio romande. « Les Américains ont le choix entre devenir communistes et conserver leurs libertés. »

Un point de vue pour le moins réducteur car si le bolchévisme a certes été utilisé au lendemain de la révolution russe par les régimes autoritaires d’Europe pour justifier leur prise de pouvoir, le communisme tel qu’il se définissait jadis n’existe plus aujourd’hui. Affubler une communauté donnée de l’étiquette communiste est une réthorique électorale qui peut faire mouche dans certains pays mais elle ne correspond à aucune réalité. Quiconque a vécu dans un régime communiste à la sauce soviétique le sait bien. Collectiviste sur le papier, même la Chine de Xi Jinping ne colle plus au gabarit. Sinon elle ne prétendrait pas au titre de première puissance économique et financière de la planète.

Tout a évolué comme si le déclin de l’URSS puis sa chute avaient mené à la rupture du cordon ombilical liant la gauche au dogmatisme ouvrier hérité du communisme. Berlinguer et Marchais disparus, l’idéologie marxiste traditionnelle n’a pas retrouvé de leaders charismatiques. Le souffle du militantisme a déserté les rangs socialistes, davantage enclins à courtiser une base embourgeoisée qu’à mouiller leur chemise dans les ghettos de la précarité. LGBT, féminisme, inclusivité, les combats actuels de la gauche sont respectables mais rien ne dit qu’ils comblent les rêves des classes les plus défavorisées. Les déçus de l’ultra-libéralisme font davantage confiance aux formations qui ne leur promettent rien mais leur donnent le sentiment de mieux gérer le flot des migrants susceptibles de ravir emplois et logements bon marché.

On est bien loin d’un communisme triomphant agité comme un épouvantail. Ce qui fait gagner l’extrême-droite, c’est au contraire le désespoir des électeurs de gauche face au délitement de leur modèle.

Tags: , , , , , , ,

5 Responses to “Communistes!”

  1. Dominique Postel 14 novembre 2022 at 08:34 #

    Bravo Christian Campiche!! Enfin quelqu’un qui a la vision claire et la sincérité transparente !!!
    Oui, la gauche a déçu, petit à petit depuis plus de quarante ans au moins, la gauche déçoit.
    Que ce soit la gauche Caviar, la gauche plus Bourgeoise que les bourgeois. Du fait de la chute du mur de Berlin et de tant d autres occasions, il est devenu progressivement très clair que l’idéalisme de gauche ne servait plus qu’à gagner les élections pour ensuite, sans but et sans aucune morale, accuser la droite de tous les maux alors que le laisser-faire de ladite gauche détruisait la confiance en la classe politique. La gauche a fait beaucoup de dégâts dans la vie politique mondiale. Elle a ainsi réussi à se discréditer totalement.

  2. Eran Shamgar 14 novembre 2022 at 12:03 #

    Très bon article!

    Philippe Barraud, homme du siècle précédent, s’est trompé de qualificatif ! La génération suivante ne s’identifie plus au communisme, mais à la Nupes ou au Wokisme. Le concept reste le même, simplement ils ont changé de «prolétaires».

  3. Avatar photo
    Christian Lecerf 14 novembre 2022 at 18:42 #

    Il est certain qu’en France, il n’y a pratiquement plus que la gauche dite « bolivarienne » que l’on entend gigoter. N’ayant pas de solutions concrètes et réalistes à proposer pour résoudre les problèmes de la société, elle se cantonne dans l’outrance (« la police tue »), les colères mélenchoniennes (pathétiques) et la provocation sans finesse dans les travées de l’assemblée. Avec de tels représentants du peuple, il ne faudra pas s’étonner si en 2027 la mère Le Pen accède aux plus hautes fonctions.
    Mais, comme le dit très justement Carole Delga, patronne de la région Occitanie : il y a un espace entre Macron et cette gauche bolivarienne… Encore faudrait-il s’en occuper rapidement, intelligemment et de façon efficace afin que la droite républicaine ait des contradicteurs et des opposants de qualité.

    • Avatar photo
      Pierre Santschi 15 novembre 2022 at 19:13 #

      Certes les mots « communisme » et « fascisme » (pour équilibrer les défauts) n’ont plus les contenus exacts qui étaient les leurs lors de la « grandeur » de ces régimes.
      Mais est-ce une raison pour lénifier (en refusant ces mots aujourd’hui) un certain nombre des comportements actuels tout à fait analogues à ceux qui les rendaient odieux à l’époque de leur « splendeur »?
      Notons par exemple le fichage des citoyens, la délation encouragée, la toute-puissance de la police répressive appelée forces « de sécurité » – voir « STASI »-, terrorisme sanitariste, racisme partisan, favoritisme sectaire ou de corruption, surveillance des télécommunications, etc.
      Étant personnellement mis en cause par des amis au demeurant parfaitement démocrates (au bon sens du terme) parce que je qualifie par des termes forts ces comportements de nos régimes démocratoïdes, je ne puis m’empêcher de leur demander s’il faut attendre que les comportements fascistes ou communistes de l’époque se soient complètement rétablis pour en dénoncer les germes déjà visibles?
      Ou alors qu’ils me donnent la terminologie applicable.
      Dans cette attente, je préfère Lao Tseu :  » Les mots de vérité manquent souvent d’élégance. Les paroles élégantes sont rarement vérités. »

  4. Irène Faessler 17 novembre 2022 at 12:22 #

    La notion de communisme est désuète et fait partie de l’histoire. C’est incroyable que certains politiciens de droite justifient leurs convictions par rapport à celle-ci et qu’ils réussissent à convaincre un électorat. Quelle méconnaissance et ignorance de l’histoire.

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.