Quand la manipulation de l’opinion biaise l’information dans les conflits armés (1)


PAR ANDREA DUFFOUR

Le rôle des médias dans les conflits armés. Quels médias pour la paix? Tels ont été les thèmes du colloque organisé les 15 et 16 octobre 2022 à Soleure sous l’égide des mouvements GIPRI, Alba Suiza, Schweizerische Friedensbewegung et de l’Association Suisse-Cuba. Une brochette de dix géopoliticiennes et géopoliticiens documentés ont esquissé pour la centaine de personnes présentes le décor médiatique et géopolitique actuel. Au centre du débat: la désinformation ciblée par la presse, la télévision, la radio, les médias numériques et les réseaux sociaux au service du capital financier et du complexe militaro-industriel.

Media is not your friend !

Journaliste d’investigation à l’agence MintPressNews, Alan MacLeod a résumé ses proches recherches. Il en ressort ainsi que Facebook, TikTok, Google et Twitter ont recruté ces dernières années des centaines d’anciens collaborateurs de la CIA, de la National Security Agency, du FBI et de l’OTAN. Ces réseaux veillent à ce que les journalistes indépendants qui s’écartent du narratif de l’OTAN soient exclus des plates-formes en ligne et que leurs comptes PayPal soient bloqués. 

Nous autres en Occident aimons penser que nous vivons dans une société pluraliste où tous les points de vue sont exprimés et que la «  propagande  » existe essentiellement dans les états autoritaires comme l’ex-URSS ou en Corée du Nord. Nous aimons aussi mettre en garde contre les médias d’Etat, mais en réalité nous vivons dans un Etat tombé sous la coupe des entreprises. Les médias privés sont donc des médias publics par défaut

Media is not in favour of the establishment, media is the establishment!

MacLeod explique qu’en Grande–Bretagne, où il vit, trois agences de presse seulement contrôlent plus de 70% des journaux: News UK (propriété de Rubert Murdoch),  DMGT et Trinity Mirror. 

La totalité des 175 journaux appartenant en 2003 à Rupert Murdoch avaient soutenu la très controversée invasion de l’Irak par les Etats-Unis d’Amérique et la Grande-Bretagne – avec des bénéfices énormes pour l’industrie de l’armement et d’innombrables victimes parmi la population irakienne. En Finlande, les quatre plus grands opérateurs de TV atteignent 92% du public et réalisent 97% des bénéfices.

Selon les recherches de McLeod, même en Suisse, où les différences linguistiques contribuent à maintenir une certaine diversité des titres, les propriétaires du Groupe TX (anciennement Tamedia), qui possèdent 20 Minutes, 24 Heures et la Berner Zeitung, entre autres, contrôlent la moitié du marché. Ces groupes de médias veillent à l’orientation idéologique de leurs employés. Ainsi, la maison d’édition allemande Axel Springer (qui détient une participation dans la société suisse Ringier AG) exige de ses 15000 employés qu’ils soient fidèles à l’Union européenne, au libre marché et au néolibéralisme.

Le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates, est également un important baron des médias. On a besoin de Microsoft pour un réseau social tel que LinkedIn, de matériel informatique come Microsoft Surfaces et Windows Phone, de logiciels, ou la chaîne d’information en continu MSNBC, etc.  

Les recherches de MacLeod ont permis de mettre en évidence que Bill Gates avait donné au moins 319 millions de dollars à des médias du monde entier, notamment à ceux-ci: Der Spiegel, El Pais, Le Monde et The Guardian. En retour, ces médias lui ont assuré une couverture médiatique positive. MacLeod maintient: 

Les médias sont trop souvent utilisés pour aider au déclenchement des guerres: avant d’envoyer des troupes, on envoie des journalistes.

Comme proposition concrète,  McLeod cite les travaux de Robert McChesney qui propose un système de médias publics: pour garantir une certaine indépendance de la presse, chaque citoyen recevrait par exemple 300 euros pour ensuite les attribuer au meilleur média. Piste à creuser. 

«Si vous n’y prenez pas garde, les journaux vous feront haïr les opprimés et aimer ceux qui les oppriment» conclut-il en citant MalcolmX. 

Alan McLeod. Photo AD

De son côté, Christian Müller, historien, grand voyageur, ancien rédacteur en chef du quotidien Luzerner Neuste Nachrichten, fondateur et animateur de la plateforme indépendante globalbridge.ch, dénonce depuis des années déjà l’expansion de l’OTAN vers l’Est et les gigantesques manœuvres  de l’OTAN à la frontière russe. Ce refus de donner des garanties de sécurité à la Russie constitue une provocation massive. Müller observe parallèlement une tendance belliqueuse dans les rédactions suisses, lesquelles appellent à faire la guerre et à armer l’Ukraine . 

Ces journalistes devraient être traduits pour crimes de guerre, de même ceux qui suivent les consignes de leurs rédactions !

Müller rappelle qu’en 1965, le journaliste allemand Paul Sethe  disait: «la liberté de la presse est la liberté dont disposent 200 riches pour propager leur opinion». C’est encore valable, sauf qu’aujourd’hui, dans le monde germanophone, ils ne sont guère plus que 20. 

Müller mentionne aussi que le transfert massif des recettes publicitaires, qui finançaient autrefois les rédactions et les salaires des journalistes vers des plates-formes en ligne et qui ne produisent pas elles-mêmes de nouvelles rend les conditions de travail des professionnels des médias de plus en plus précaires. Depuis 2006, les salaires des journalistes en Suisse ont baissé jusqu’à 20 pour cent. Dix pour cent des postes (environ 2100) ont été supprimés entre 2008 et 2018. Pour réduire les coûts, les rédactions en ligne utilisent des films et des photos réalisés avec des téléphones portables par des « journalistes citoyens » ou les reprennent directement des réseaux sociaux. 

Tags: , , , , , , , , , ,

One Response to “Quand la manipulation de l’opinion biaise l’information dans les conflits armés (1)”

  1. Claire-Dominique Olgiati 9 janvier 2023 at 10:09 #

    Enfin quelque clarté sur la presse main stream !
    MERCI à vous et continuer même si c’est avec une lampe de poche !

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.