Israël-Palestine: BHL assure le spectacle à Genève


Huit ans après le lancement de l’Initiative de Genève, Micheline Calmy-Rey «compte sur le soutien d’une nouvelle génération pour faire avancer la paix au Proche-Orient», souligne-t-on au Département fédéral des affaires étrangères. De fait mardi 22 novembre 2011 c’est bien dans une aula magna comble de l’Université de Genève que la présidente de la Confédération a tenté de remettre en selle le processus entamé en décembre 2003: “le conflit israélo-palestinien est notre affaire, je refuse le fatalisme après l’immense déception qu’a constitué l’absence de négociation depuis 2008. Repensons l’impensable”. Dans son sillage, l’écrivain français Bernard-Henri Lévy a appelé de ses voeux des consultations bilatérales impliquant tous les acteurs du conflit ainsi que des représentants européens. Il a aussi proposé que Mme Calmy-Rey prenne la présidence honorifique d’un futur comité de soutien à l’Initiative de Genève.

Esbrouffe?

Reste à savoir si cette caution très médiatique suffira à empêcher celle que ses promoteurs ont rebaptisé Initiative de Genève 2.0 de terminer à son tour au placard. Professeur honoraire à l’Université de Fribourg, Yves Besson est de ceux qui n’accordent pas la moindre chance à la “solution des deux Etats”, israélien et palestinien, sur la base des frontières de 1967. «C’est un chant du cygne. Le grand show de 2003 s’achève par un autre grand show», balançait lundi, sur les ondes de la Radio Romande, l’ancien directeur du bureau des Nations Unies à Jérusalem.

Esbrouffe, politique spectacle, événement mondain, tremplin pour une politicienne en bout de course, les commentaires allaient bon train mardi. «L’initiative de Genève» est morte et enterrée, juge un ancien haut fonctionnaire helvétique. A l’heure où Israël se tâte pour bombarder l’Iran, les enjeux se situent ailleurs».

Les critiques se focalisent également sur la présence mardi soir à Genève de Bernard-Henri Lévy, BHL pour les intimes. L’intellectuel français à l’inamovible chemise blanche ouverte sur son poitrail imberbe a joué un rôle non négligeable dans la décision de Paris d’intervenir militairement en Libye. «Par contre BHL n’a pas été actif en Tunisie ni en Egypte. Mme Calmy-Rey cherche-t-elle le soutien du président français, grand ami de BHL?», s’interrogeait le même interlocuteur.

Controversé

Etait-il dès lors opportun d’inviter une personnalité aussi controversée? Réponse de Lars Knuchel, chef de l’information du Département fédéral des affaires étrangères: «M. Lévy a soutenu l’Initiative de Genève dès son lancement. Il a continué à le faire tout au long du processus». De fait un petit contrôle sur la toile confirme que BHL tenait salon en effet à l’Hôtel Intercontinental de Genève le jour même du lancement de la première Initiative de Genève, le 1er décembre 2003, en compagnie du chanteur Patrick Bruel et des écrivains Alain Finkielkraut et Marek Halter. Une chronique du journal «Le Temps» informe qu’il avait fait le voyage en jet privé.

Article paru dans “La Liberté” du 23 novembre 2011

Tags: , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.