Choix bientôt cornélien à Berne


On fait grand cas du Partenariat Transpacifique, le TPP, et pour cause.

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Cet accord de libre-échange signé au début du mois met rien moins que onze pays de la zone Pacifique sous la coupe de Washington. Parmi eux le Canada, le Japon, Singapour, le Vietnam, le Mexique, le Chili et le Pérou. Mais surtout le TPP est présenté comme le premier pas, le modèle d’un traité du même type avec l’Union européenne. Une alliance commerciale qu’identifient deux acronymes, TTIP ou TAFTA, selon que l’on en soit le partisan ou l’adversaire.

Hors bloc, la Suisse n’a pas une position facile face à ces manœuvres hégémoniques. A terme, il lui faudra prendre position, savoir comment se comporter à l’égard du TAFTA, si tant est que ce dernier voie le jour. Elle risque fort la marginalisation et surtout un statut de renégat si l’on considère qu’elle a conclu de son côté en 2013 un accord de libre-échange avec la Chine, son principal partenaire en Asie. Or l’Empire du Milieu est exclu tant du TTP que du futur TAFTA. Il en est même l’enjeu négatif dans la mesure où ces ententes constituent une arme américaine contre la montée de la Chine dans la géopolitique mondiale.

La Suisse sera-t-elle contrainte de prendre parti, un rôle qu’elle déteste? La pression pourrait s’accentuer sur elle au fur et à mesure qu’avancent les négociations TAFTA. Après le krach de 2008, il était de bon ton de parer la Chine de toutes les vertus. On faisait l’impasse sur les droits de l’homme, on minimisait les conditions de travail et les atteintes à l’environnement. Les délégations économiques helvétiques se ruaient à Pékin. Soudain, à lire et écouter les médias, on lui trouve beaucoup de défauts. Un signe de revirement de la position de Berne? On ne l’espère quand même pas car une telle attitude témoignerait d’une regrettable inconstance.

GHI

Tags: , ,

One Response to “Choix bientôt cornélien à Berne”

  1. Pierre-Henri Heizmann 23 octobre 2015 at 18:21 #

    La première force de la Suisse, en terme de survie d’un petit état au milieu de grands, a été de mener un difficile exercice d’équilibre entre neutralité et compromission, appelé également neutralité active.

    Cette position au combien particulière et étrangère aux yeux de nos voisins, lui ont valu des critiques, mais aussi une certaine admiration.

    Aujourd’hui la donne a drastiquement changé, car de la confrontation de basse intensité entre deux blocs distincts, le monde est passé à un leadership arrogant mené par une nation en plein déclin économique.
    La mondialisation conjointe à l’incurie des interventions militaires de cette dernière, a achevé de déstabiliser les équilibres précaires des nations de seconds rôles.
    La Suisse est face à un choix : se fondre dans le concert bêlant des états membres d’une communauté à laquelle elle n’a pas adhéré, ou s’affirmer comme une confédération indépendante, ouverte sur l’ensemble du monde, prête à conclure des alliances avec les empires émergents.

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.