L’économie vote républicain


Pour qui roulent les milieux d’affaires dans la campagne présidentielle américaine?

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Les Etats-Unis sont loin d’être parfaits mais il faut reconnaître qu’en matière électorale, ils ont inventé un système qui concilie l’inconciliable, des dons illimités aux partis politiques et le contrôle démocratique. L’origine des fonds versés aux candidats est systématiquement retracée par un instrument ad hoc, le Center for Responsive Politics. Et que disent les données publiées en 2016 sur le site de cet observateur implacable, fondé en 1983 par deux citoyens, l’un démocrate, l’autre républicain? Eh bien, ils montrent que dans leur très grande majorité les entreprises votent républicain.

Trump le facétieux, Cruz l’intégriste n’y changent rien, les milieux pétroliers octroient 9 dollars sur dix au Grand Old Party. Rien d’étonnant en soi, si ce n’est que la proportion a augmenté depuis l’élection de 2012 et encore plus depuis celle de 2008. Autre secteur important, les sociétés financières, par exemple, soutiennent massivement la campagne républicaine: elles y consacrent près des trois-quarts de leurs offrandes.

Observateurs très peu désintéressés, les grandes banques suisses joueraient aussi républicain. De la même source il résulte que leur propension à soutenir les démocrates, qui furent quelque part leur bourreau pendant les années Obama voire Clinton, n’est pas grande. Lors de l’élection de 2012, ce n’est pas pour rien qu’UBS avait été nettement plus généreuse avec le candidat républicain Romney.

Cette tendance préjuge-t-elle de l’issue de l’élection présidentielle? Pas forcément, heureusement. En 2012, c’est avant tout grâce aux petits donateurs que Barack Obama était parvenu à s’imposer.

GHI

Tags: , , , ,

3 Responses to “L’économie vote républicain”

  1. Bernard Walter 20 avril 2016 at 14:49 #

    Alors ce que me disent mes sites d’info progressistes étasuniens (Truthout, RSN, Common dreams), c’est que Hillary Clinton bénéficie d’un énorme soutien de la haute finance, prête à tout pour éviter le candidat Sanders, et que sa couleur politique, tant sur le plan intérieur qu’extérieur, est d’une teinte démocrate-clair et républicain-foncé. Comme Trump crée la division au sein du parti républicain, et que son côté imprévisible et improvisé ne plaît pas aux républicains traditionnels, bien malin qui peut dire sur qui va se reporter la grosse finance. Et quelle va être la réaction de la base, des gens du “peuple” ? On ne peut non plus le prédire. Et puis: les événements du moment risquent de jouer un rôle déterminant. Dans la pagaille politico-idéologique actuelle de l’Occident, impossible de prévoir quoi que ce soit, me semble-t-il. (La France est dans un chaos semblable.)
    Dans un tel contexte, H.Clinton a évidemment toutes ses chances.
    Je ne sais pas quel est le meilleur cadeau pour les USA: Trump, cadeau empoisonné, ou Clinton, cadeau pourri ?

  2. Christian Campiche 20 avril 2016 at 17:25 #

    Tout à fait d’accord, Hillary Clinton est un pur produit du système militaro-industriel. Mais elle ne passe pas auprès des jeunes, et, semble-t-il, d’une partie de l’électorat féminin. Je l’ai déjà écrit, si je devais voter, mon choix se porterait sans hériter sur Sanders, mais je ne suis pas Américain. il n’empêche que les éléments contenus dans l’article partent de chiffres réels dont on a peu parlé à ce jour. Je ne connaissais pas ce site de contrôle avant de faire ma petite enquête. Les montants des soutiens ne s’appliquent pas à un candidat en particulier mais à tout l’appareil du parti. Ils ne signifient pas du tout, comme je l’écris à la fin, que Trump, lequel, soit dit en passant, dispose de suffisamment de moyens pour financer sa campagne sans l’aide de personne, gagnera. Cette campagne risque de réserver encore des surprises tant les enjeux sont colossaux.

  3. Michelle 20 avril 2016 at 18:02 #

    Sanders est la voix de la raison. Si cette option est écartée, il ne restera plus aux électeurs qu’à choisir entre Charybde et Scylla. Cela rappelle d’autres sombres périodes de l’histoire.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.