Les cadavres et le lucre


Il ne manquait plus que ça à notre bonheur!

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Alors qu’un continent d’objets plastifiés dérive sur les océans, à l’heure de l’extinction rapide de nombre d’espèces animales et végétales, certains futurologues ne trouvent rien de mieux à faire que de racoler le bon peuple en l’incitant à tremper son éternité dans des cuves d’azote liquide, un élément dangereux pour la santé et la nature. A se cryogéniser, pour utiliser le terme ad hoc. En d’autres termes à se mettre en état de ressusciter un jour, quand la science aura progressé au point de redonner vie à un cadavre.

La cryogénisation… L’embaumeur de Lénine n’y avait pas songé. Les grands criminels de l’histoire non plus. Sinon combien de Hitler, de Pol Pot dans les starting-blocks, en condition d’émerger de leur chambre froide à l’échéance des mille ans de leurs empires déchus? C’est le cas de le dire, la perpective donne froid dans le dos. Pourtant un quotidien romand y a consacré très sérieusement 10 (!) pages. Mais totalement à sens unique, en ne donnant la parole qu’à des névropathes du “coucou” par-delà l’au-delà. Faudrait-il parler de paumés? « J’ai peur de mourir », confesse un interviewé. Votre serviteur aussi, notez bien, mais il craint encore plus de se réveiller face à un Martien armé d’une chicotte. Avec la seule garantie, cette fois, de ne jamais sortir de la case de l’Oncle Tom.

L’article passe totalement sous silence les aspects sociaux et éthiques. La religion n’est plus une référence, d’accord, mais est-ce une raison pour occulter toute critique d’un procédé qui a autant de chances de relever du pari improbable sur l’avenir que de l’escroquerie. Bienheureux celui qui émergera du sommeil pour remercier ses cryogéniseurs. A moins qu’il ne s’agisse du fabricant de son silo, de telle société américaine ou russe mue par le lucre. Et l’ambition démesurée. L’idée, lit-on quelque part, est de cryogéniser l’ensemble des habitants de la planète. Tiens donc, on n’y avait pas pensé. Sauf qu’en termes environnementaux, l’on ne produit pas impunément 9 milliards d’entonnoirs à macchabées. Et qu’à 200.000 dollars la place, notre bonne vieille Terre devra encore évoluer dans le sens de l’égalisation des revenus ou des cotisations d’assurance-vie.

Tags: , , , , , ,

2 Responses to “Les cadavres et le lucre”

  1. Bernard Walter 27 novembre 2017 at 22:37 #

    Brillant article !
    Cette fuite en avant me fait penser à la course folle d’un cheval paniqué parce que rendu aveugle.
    Nous nous trouvons à présent écartelés entre d’un côté cette logique aveugle qui conduit à l’abîme et de l’autre la résistance de plus en plus forte des collectivités face à cette évolution absurde.
    Cette « cryogénisation » est la face psychologique de l’extrême dérive de notre civilisation. Elle va de pair avec les destructions concrètes de notre environnement.
    Des images incroyables circulent actuellement sur les montagnes de déchets plastiques au large du Honduras.
    Et en ce moment ont lieu des discussions autour du glyphosate, alors que l’on connaît depuis longtemps les dangers de ces sortes de pesticides. Ce qui est étonnant, c’est que les producteurs de Roundup ne s’en servent pas un verre lors des apéros célébrant leurs magistraux succès financiers.
    Et maintenant, voilà qu’on se met à déléguer nos existences à de débiles robots dont on risque d’avoir de la peine à se débarrasser quand ils infesteront les différents domaines de la vie sur Terre.
    Tout cela parce qu’un maître sans existence, un maître purement virtuel, règne sur le monde, l’argent bien sûr.
    Difficile de cautionner une société fonctionnant sur de telles bases.

  2. Bertrand Baumann 28 novembre 2017 at 08:37 #

    Voilà pourquoi je ne lis plus de journaux (sauf La Méduse, bien sûr, et Vigousse).
    Merci, Christian. Un peu de bon sens au petit déjeuner, ce n’est pas à dédaigner, même si l’info en soi est grotesque, affligeante.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.