“Je fais opposition à l’assurance maladie”


Depuis plusieurs années, Janine Favre, une ancienne infirmière, refuse de payer son assurance maladie obligatoire. Elle réclame un statut particulier. La Méduse publie la lettre qu’elle a envoyée à l’Assurance Visana en date du 14 mars 2005.

Messieurs,

J’accuse réception de votre lettre signature du 8 mars 05.

Je fais valoir ici mon droit d’opposition selon l’art.52 de la loi fédérale LPGA.

Ce qui me permet de déclarer ce qui suit :

L’obligation d’être liée à la Maison Visana jusqu’à la fin de ma vie, est contraire à ma croyance et à ma liberté fondamentale. J’ai résilié avec elle mon contrat selon les délais en 1998. J’entends en rester là.

Une autre assurance est pour moi non seulement sans intérêt et inutile, mais aussi contraire à ma croyance que la première.

Or la libre croyance est garantie par la Constitution suisse, Loi primordiale au-dessus de toutes les autres ! En plus la Constitution demande à chaque citoyen d’être responsable de lui-même !

Ce n’est donc pas moi qui ne suis pas les règles, mais bien le système politico-médical.

Ceci dit, je ne suis pas seule dans ce combat de nombreux citoyens responsables et honnêtes entreprennent de se faire entendre sur ce sujet devenu lancinant !

La Constitution est la Charte du pays, et elle fut établie « Au nom du Dieu Tout Puissant ! »

Cette liberté profonde n’est pas celle de faire ce qu’on veut… mais d’être en harmonie avec le sens que l’on donne à sa vie. Elle est donc liée la réponse que l’on donne à la question : « Qu’est ce que la vie ? »

Je peux choisir une religion qui répond pour moi à cette question et me soumettre à cette religion ; je peux aussi choisir d’être libre penseur… ou d’adhérer à une idéologie marxiste, je peux aussi choisir de croire en la science et en ses solutions basées sur des hypothèses.

Cette science nous dit que la matière visible est la réalité, et qu’elle n’a pas de finalité ni d’autre cause que le hasard. Qu’elle est donc à notre service et qu’on peut la manipuler en laboratoire, au gré de l’industrie.

Mais je peux aussi avoir d’autres hypothèses que celle de la science moderne. (médicale)

Je peux penser qu’il y a un Créateur qu’on ne voit pas en laboratoire et que tout ce qui vit procède de Lui, donc de ce qu’on ne voit pas ! Je peux croire que ce qu’on voit procède de lois immuables rigoureuses dont les effets sont observables, donc selon cette logique le hasard n’existe pas, il n’y a que des effets de lois.

Ceci établi, en pleine liberté, je m’inclinerai devant les Lois de la Vie. Je les trouverai en accord avec les exigences de la morale et de la tradition chrétienne. Je les observerai et les connaîtrai.

Je serai en concéquence frappée par le fait qu’il n’y a pas de hasard, mais seulement des processus guidés par des lois connaissables : les lois de la nature.

La maladie devient un processus connaissable qui correspond à l’infraction d’une Loi de la Vie ! Elle est due à l’ignorance et non à la malchance ! Or cette connaissance me permet de ne pas être malade gravement, et si je souffre un jour, elle me montre comment en sortir et retrouver le bien-être. Sans grands frais.

Ce que je dis porte en lui-même ses preuves par l’expérience vécue ! non dans une éprouvette !

Hippocrate n’enseignait pas autre chose !

Dire le contraire est profondément Anti-Christ selon la référence d’une civilisation dite chrétienne. Or le système LAMal et la médecine officielle, disent bien le contraire ! : le contraire de ce que je crois. J’en arrive à dire comme l’a dit déjà l’Apôtre Paul : « Mieux vaut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » et cette liberté d’obéire à ma conscience est garantie par la Constitution, peu importe ce qu’en on fait les politiciens.

Au nom du Dieu Tout Puissant et de la Constitution suisse fondée sur cette Haute notion Je fais opposition !

A défaut d’une institution qui me défende, je me défends moi-même !

Il m’apparaît aussi qu’une telle loi LAMal (hors-la-loi de la nature) ne peut que sombrer et que déjà le bateau va vers le fond, sa maladie est en phase avancée, sa fin prédictible.

Ceux qui ont des solutions vous ne les respectez pas !

2610 Saint-Imier, Suisse, janine.favre@bluewin.ch

Tags: ,

One Response to ““Je fais opposition à l’assurance maladie””

  1. Michèle Herzog 23 novembre 2017 at 16:11 #

    Bonjour,

    Lettre très intéressante. J’aimerais beaucoup savoir ce qu’il en est depuis 2005, car les assureurs LAMAL sont devenus très puissants.

    Depuis quelques années, je ne paie pas non plus mon assurance maladie LAMAL qui est soi-disant obligatoire.

    Beaucoup de choses sont aussi obligatoires. Comme par exemple fournir de véritables chiffres dans une succession, appliquer les articles du Code pénal aux escrocs financiers, etc.

    Etant donné que dans mon affaire de succession des faits obligatoires ne sont pas effectués depuis 2003, ce qui me met dans une très grave situation financière, je ne peux plus payer mon assurance LAMAL.

    Vraiment incroyable: C’est l’assurance elle-même qui décide que je dois payer mes primes et l’assurance remplace le juge de première instance … L’assurance est donc juge et partie ! Les assurances LAMAL sont devenues toutes puissantes.

    Je viens de créer une nouvelle pétition pour que le peuple suisse ne soit plus pris en OTAGE par les assureurs LAMAL (assurance maladie obligatoire … et primes exorbitantes prévues pour 2018).

    Vous pouvez en savoir plus et signer la pétition ici : http://chn.ge/2zWINlc

    Merci pour votre soutien. Merci de diffuser cette pétition.

    Meilleures salutations.

    Michèle Herzog

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.