Nouveaux collabos, nouveaux résistants et sagesse antique


Les Suisses ont-ils perdu leur terre? Pourtant, le relief du pays permet la meilleure résistance au monde…

Quand je voyage en train à travers toute la Suisse, je me rends compte qu’il n’y a presque plus un espace où le béton n’a pas remplacé le bois ou la pierre, presque plus un magasin où les produits globalisés n’ont pas remplacé les produits régionaux sans conservants et sans emballage, presque plus un habitant portant autre chose que jeans, baskets et casquettes.

Me vient à l’esprit un language guerrier couramment utilisé dans les entreprises et par la presse: force de vente, stratégie commerciale agressive, attaquer un concurrent, conquérir ou gagner des parts de marché, position dominante ou position défensive, suprématie, guerre des colas, etc. Sommes-nous toujours en guerre? Collabos et résistants sont-ils toujours d’actualité?

“La véritable nature du marketing contemporain ne consiste pas à mieux à servir le client, mais à déjouer la concurrence en appliquant une stratégie militaire. Le marketing, c’est donc une guerre dans laquelle le concurrent est l’ennemi et le client, la montagne à conquérir. Comme dans les vraies guerres, il existe quatre moyens de mener une guerre de marketing: celle défensive, réservée à l’entreprise leader, celle offensive, menée par les entreprises en deuxième ou troisième place, la guerre d’attaque de flanc, la plus créative, pour les entreprises intermédiaires, la guerilla pour les petites entreprises.” (Extrait du livre: “Le marketing guerrier”, Al Ries/Jack Trout, 1990)

Malheureusement, soit comme client, soit comme salarié, ne sommes-nous pas déjà devenus des bons soldats? Les mouvements idéologiques européens d’après-guerre, engagés dans la lutte pour empêcher l’avance d’un développement économique anarchique, ont été discrètement démantelés par les servives secrets à la solde des grandes entreprises. Des milliers de soixante-huitards se sont laissés anesthésiés et pacifiés par le confort. Or la guerre a pris une forme nouvelle, insidieuse, voire civile. Les collabos de ces cinquante dernières années croient de manière inconditionnelle au bien-être matériel: les crédits bancaires, les arrangements fiscaux, les assurances, tout le système économique encourage leur fuite en avant. Les résistants essayent tant bien que mal de survivre avec leurs idéaux, refusent de s’endetter pour consommer, continuent d’épargner comme les paysans d’autrefois. Et d’autres ne savent même pas à quel groupe ils appartiennent: collabo ou résistant? Les médias immédiats, la publicité, les jeux, les débats politiques contradictoires, les discours religieux intégristes, les fêtes débridées où l’alcool coule à flot, etc., contribuent à brouiller les esprits.

A ce stade de globalisation, puisque tous les territoires sont envahis, pour s’en sortir dignement, le vrai combat n’est-il pas celui que nous devrions livrer à l’intérieur de nous-mêmes? Pour refuser d’être un soldat et de tomber dans la barbarie, il faut y voir clair, rester lucide et surtout garder la liberté intérieure. Bref, il faut faire un effort, qui est personnel, individuel. Se connaître, cultiver la cohérence, multiplier les actes responsables, chercher l’harmonie en intégrant les opposés en soi.

Bref, se pencher sérieusement sur la sagesse des philosophes antiques, si subtilement remise à l’ordre du jour par la psychologie jungienne encore trop méconnue. Et dire que Carl-Gustav Jung était suisse, sa réputation au
niveau mondial n’est plus à faire, quel relief!

*Nom connu de la rédaction

Tags: ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.