Affaire Tinner: lettre ouverte au Conseil fédéral


Je vous écris parce que vous avez le devoir d’’obéir à la Constitution et que d’’y manquer serait un acte antidémocratique.

Vous devez vous rendre compte que vous êtes en train de montrer que vous ne défendez pas l’’indépendance de notre pays. Vous avez le devoir de ne pas détruire les documents de l’’affaire Tinner, parce que leur destruction ne servirait qu’’à la plus grande puissance de la planète.

Par principe, aux yeux du monde, vous avez le devoir de vous défier de cette requête: le monde sait que nous sommes face à une puissance qui a fabriqué de faux dossiers contre l’’Irak, entraînant ainsi l’’Occident dans une guerre injuste et désastreuse. Une guerre fondée sur le mensonge dans le seul but de piller des ressources.

Les preuves sont là, elles ont été exposées à l’’opinion publique mondiale. Voulons-nous continuer, par lâcheté, à nous faire les complices de ces puissances qui aiment incendier de nouveaux «Reichstag» pour en attribuer ensuite la responsabilité à d’’autres, de façon à pouvoir déclencher leurs guerres?

Nous ne sommes pas faits de ce bois-là; nous sommes un peu rudes, un peu montagnards, mais nous aimons la paix et l’’honnêteté, et il est précisément de votre devoir de respecter la nature profonde de notre pays.

Si vous y manquez, sachez que toutes les prochaines célébrations du 1er août ne seront plus rien qu’’une rhétorique de façade.

*Réalisateur de film, Arogno (TI)

Tags: , ,

3 Responses to “Affaire Tinner: lettre ouverte au Conseil fédéral”

  1. Vanille 12 juillet 2009 at 11:01 #

    Bravo!
    Ce Conseil fédéral devrait démissioner. Pour cela et pour tant d’autres choses comme par exemple pour l’histoire de l’UBS!

  2. Andrea Canetta 14 juillet 2009 at 12:02 #

    Mon inquiétude est liée au fait que dans ce débat on risque de perdre de vue les enjeux les plus dangereux pour la démocratie et l’indépendance de la Suisse.
    >
    Les vols de la CIA, les listes noires, l’attaque contre le secret bancaire et UBS (celle-ci a commis des erreurs depuis des années mais c’est seulement maintenant que les faits lui sont reprochés) et l’affaire Tinner, sont tous des éléments qui font partie de la mème stratégie. La Suisse doit être “normalisée” au niveau du “Nouvel Ordre Mondial” voulu par les puissances du Conseil de
    Sécurité de l’ONU.
    >
    Ce pays a sa monnaie, sa neutralité, son fédéralisme, une architecture politique du style mobile de “Calder” , il cherche à mantenir un équilibre entre pouvoirs et contre-pouvoirs, entre Etat et individu. Il dérange.
    >
    Emblématique est le fait que le nationaliste Blocher à été accusé d’avoir péché par non assistance à l’indépendance du pays. Non négligeable non plus est le rôle de Pascal Couchepin, fortement influencé par le réseau “Bilderberg”, un des principaux “Think Tank“ du “Nouvel Ordre Mondial”.
    >
    Je n’ai aucune honte à dire que j’ai voté en son temps contre l’adhésion de la Suisse à l’ONU justement parce que derrière la réthorique du “sortir de l’égoïsme pour se mettre en jeu dans le contexte international” il y avait simplement le premier pas d’une cooptation par le Nouvel Ordre Mondial.
    >
    Si le Conseil de Sécurité décide de “retirer” du système un individu en l’accusant d’ “être un terroriste”, et qu’il a en même temps le pouvoir de “manipuler” le concept de terrorisme en fonction de ses intérets, l’individu est écrasé. Il n’a aucune possibilité de se défendre grâce à
    une structure judiciaire parce que celle-ci n’existe pas, elle n’a jamais été envisagée … Si l’on fait glisser les dissidents sous la définition de terroriste on va vers la dictature. Allons-nous nous réveiller?

  3. une soeur 4 août 2009 at 21:55 #

    Je reconnais là un frère tessinois. Je me sens moins seule en ce qu’André Canetta, qui connait les grands enjeux internationaux, dit, comme il le dit.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.