DSK, FMI, le verrou saute


Le passé rattrape Dominique Strauss-Kahn. En 2008, le directeur général du FMI avait  déjà été accusé de népotisme après avoir arrosé de ses largesses une employée de l’institution basée à Washington. Pourtant il ne fut pas sanctionné. Mieux, ses alliés politiques voudront le récompenser en lui offrant le poste de challengeur de Sarkozy à la prochaine élection présidentielle en France. Objectif pour le moins sérieusement compromis par cette nouvelle affaire de petites culottes.

Docteur honoris causa de l’Université de Fribourg, M. Strauss-Kahn peut faire une croix sur ses ambitions présidentielles et nourrir des soucis quant à son avenir tout court. Elu en 2007 au FMI, son mandat s’achève normalement fin 2012. Une candidature à la fonction suprême dans son pays d’origine l’aurait autorisé à prendre quelque liberté avec son engagement. Mais il aurait pu aussi très bien rempiler au FMI pour cinq nouvelles années. L’enjeu, après tout, demeure à la hauteur des appétits du personnage.

En débarquant au FMI, cet ancien ministre de l’Industrie de l’ère Mitterrand n’avait-il pas promis qu’il réformerait l’organisation traditionnellement à la botte de l’Europe et des Etats-Unis ? En 2010, le G20 entérinait certes une augmentation du capital, ouvrant la porte à de grands pays émergents. Mais en matière de démocratisation du FMI, on est encore loin du compte. Le chantier ne fait même que démarrer : en termes d’image, le « financier » de la planète n’est pas mieux coté que l’OMC, le « gendarme » du commerce mondial. On l’accuse, non sans raison, de brader les patrimoines économiques locaux au profit des multinationales et de politiciens corrompus, creusant ainsi le lit des mouvements xénophobes et extrémistes.

Le moment est crucial car il ne fait pas de doute que les déboires du directeur général du FMI vont décomplexer les candidatures à sa succession en provenance du Sud. L’Inde, la Chine et la Turquie battent la semelle et l’on peut compter sur ces Etats pour maintenir la pression en vue de faire sauter le verrou.

Article paru dans “La Liberté” du 16 mai 2011

Lire également sur “La Méduse”:

Le Kuwait Gate gêne DSK

Pourquoi Me Kounkou veut-il entendre M. Strauss-Kahn devant la justice?


 

 

Tags: , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.