L’ancienne centrale nucléaire de Lucens sous haute surveillance


S’agissant de la santé du citoyen, la nouvelle devrait être classée de niveau 1, pourtant elle est reléguée en bas de page des quotidiens locaux. L’ancienne  centrale nucléaire de Lucens se trouve sous haute surveillance, a annoncé mercredi 4 avril 2012 l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

En cause: le tritium, un élément radioactif dont  la présence dans l’eau du système de drainage a plus que décuplé en dix ans. Cette eau se déverse dans la Broye, une rivière de 79 kilomètres de long, qui traverse les cantons de Fribourg et Vaud avant de se jeter dans le lac de Neuchâtel. 

L’OFSP assure qu’il n’y a pas de danger pour l’environnement et la population mais n’en précise pas moins qu’il procédera à des prélèvements quotidiens sur le site désaffecté depuis plus de quarante ans. Construit entre 1962 et 1967 dans une cavité de molasse, le réacteur nucléaire avait été entièrement détruit le 21 janvier 1969, suite à la fusion partielle du coeur consécutive à un problème de refroidissement.

Député vert broyard, Roman Hapka s’insurge: “l’eau potable va avoir un goût saumâtre dans la Broye, sans parler de celle d’Henniez! Quand j’entends les déclarations de l’OFSP, j’ai l’impression de me trouver à Tchernobyl ou Fukushima. En tout cas, je vais continuer à suivre l’affaire de très près, car il ne faut pas que l’accident de Lucens soit enterré une seconde fois. Imaginons que le taux de Tritium augmente d’année en année, sans parler des dizaines d’autres isotopes qui ont été libérés en 1969: même si il n’y a pas forcément de danger immédiat pour la santé publique, l’image de la Broye verte et accueillante sera démolie. Qui voudra venir vivre avec ses enfants dans une zone perçue comme contaminée?”

En avril 2011, les verts broyards s’inquiétaient, dans un communiqué, de “la politique d’omertà des autorités suisses chargées des questions nucléaires”. Dans la foulée, ils demandaient l’arrêt immédiat de la centrale nucléaire de Mühleberg, près de Berne. Aujourd’hui ils attendent du conseiller fédéral Alain Berset qu’il joigne les actes à la parole. L’an dernier, alors qu’il représentait son canton au Conseil des Etats, le Fribourgeois avait déposé une interpellation au parlement, s’inquiétant des coûts d’assainissement de la centrale de Lucens.

“Vu que c’est Alain Berset qui mène maintenant la barque à Berne, on devrait y voir plus clair”, espère M. Hapka. Il faut absolument que nous établissions rapidement une liste de revendications légitimes, car les chiffres sont encore et toujours minimisés par l’OFSP. Il est tout simplement inacceptable que les autorités aient menti depuis des décennies et surtout que rien n’a été fait pour connaître réellement les risques futurs, comme des sondages dans la roche, par exemple. Nous devons dès à présent tout mettre en œuvre pour que plus un litre d’eau contaminée ne s’échappe de la centrale.”

Tags: , , , , ,

3 Responses to “L’ancienne centrale nucléaire de Lucens sous haute surveillance”

  1. Le passant ordinaire 8 avril 2012 at 05:41 #

    Une fois encore Alain Berset va pratiquer la politique de l’anguille comme à son habitude.
    Je ne bois jamais de l’eau d’Henniez préférant de loin celle de Termen au moins là-haut il n’y pas de centrale nucléaire.

    Je vais de ce pas écrire au RSV de ne plus distribuer aux patients de cette eau et de la remplacer par celle de Termen ou au pire par celle de Dorénaz.

  2. Pierre Adler 12 avril 2012 at 17:09 #

    L’ancienne centrale nucléaire de Lucens se trouve sous haute surveillance, mais on nous assure qu’il n’y a pas de danger pour l’environnement et la population!

    C’est un fait statistique tout à fait remarquable que l’industrie nucléaire ou les organismes chargés de sa réglementation, dans quelque pays qu’ils soient et quelle que soit l’énormité de la situation qui leur fait face, tiennent toujours le même discours minimisant. La chose est proprement renversante, puisqu’il s’agit d’une quasi-impossibilité mathématique.

  3. Gautier 19 avril 2012 at 13:25 #

    je suis en total contrepied avec la teneur de cet article; mais il y a au moins un point positif: bien que je regrette la nomination au Conseil fédéral de M. Berset, au moins ce dernier maintenant, au risque de perdre toute crédibilité, devra sortir de l’émotionnel et se comporter en homme d’état et écouter ce que les spécialistes lui diront. Il aura tout loisir de poser des questions et d’exiger des réponses… et il ne pourra finalement que constater que la réponse qui avait été donnée à son interpellation de l’été dernier était tout à fait appropriée et correcte…
    …enfin, c’est un espoir, on ne sait jamais, car avec le Conseil fédéral (le dernier tant que le présent), on a plus affaire à une mentalité de chefs de bureau d’une administration communale ou à des discussion du niveau “Café du Commerce”, qu’au dynamisme et à la clairvoyance que devraient avoir les membres d’un gouvernement d’un pays moderne..

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.