Quand la télévision française donne une image d’Epinal de la Suisse


Non, ce n’est pas un film de propagande issu d’une quelconque Kommandantur touristique.

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Les images montrent bien des usines tournant à plein régime, des ouvriers motivés, une jeunesse modèle, des salariés comblés, des paysages bucoliques. Mais elles n’ont pas été tournées dans une dictature au sens classique du terme. Ce pays de cocagne est la Suisse et l’auteur du documentaire une chaîne de service public française.

Récemment, France 2 consacrait son œil sur la planète au miracle suisse, avec ce message pas du tout subliminal adressé aux habitants de l’Hexagone: Françaises, Français, observez ce petit peuple voisin dont le taux de chômage est l’un des plus bas au monde, inspirez-vous de son modèle économique et politique. Flatteur, mais qu’est-ce qui lui prend, au coq gaulois?Quelle mouche l’a piqué pour qu’il tresse tout à coup la couronne de Napoléon à l’un de ses souffre-douleur préférés?

Mis au Panthéon de la réussite, le Suisse moyen touche du bois. D’accord, nos écoles spécialisées et nos filières d’apprentissage font leurs preuves.

Oui, le peuple peut changer le cours des choses par le seul pouvoir des urnes.

Mais que dire de la sombre inconnue qui pèse sur le secteur financier? Ces génuflexions que l’on consent afin d’amadouer le fisc étranger? Ces milliers d’avocats d’affaires et de gestionnaires de fortune qui accompagnent à la fosse commune la dépouille du secret bancaire, fonds de commerce de Dame Helvétie.

L’image d’Epinal issue d’un reportage télévisé parvient-elle à cacher aux innombrables fins de droit la relativité du plein-emploi?

Chronique parue dans GHI du 15 janvier 2014.

Tags: , , ,

3 Responses to “Quand la télévision française donne une image d’Epinal de la Suisse”

  1. Michèle Herzog 17 janvier 2014 at 15:25 #

    En effet, ce reportage ne s’est intéressé qu’à la face économique que la Suisse ne cache pas et les activités secrètes n’ont pas été abordées. Mais heureusement la transparence est en route … et ces activités secrètes seront découvertes. Il est temps que la Suisse cesse son double jeu. D’autant plus qu’elle a besoin de travailler avec ces pays …

    Concernant le système de l’apprentissage mis en place en Suisse, il est très utile et je n’ai jamais compris pourquoi la France ne l’a pas mis en place il y a plus de 20 ans déjà. Bien dommage. J’espère que ce reportage permettra à la France de rattraper son retard dans ce domaine primordial. Cela permet aux jeunes d’acquérir un métier sérieux. Avec mes meilleurs Voeux pour 2014.

  2. Pierre Novello 18 janvier 2014 at 13:30 #

    Il est vrai que l’image était idyllique et dans l’ensemble trop favorable à notre pays. Mais cela contrebalance quelque peu les très nombreux reportages qui nous font passer pour les collaborateurs zélés de toutes les basses oeuvres de ce bas monde, en se délectant des propos de nos détracteurs officiels. On n’est ni des saints, ni des démons. Juste des êtres humains.

  3. Michel Zimmermann 20 janvier 2014 at 19:43 #

    Belle Suisse, beau reportage, pays de cocagne, village d’Astérix… Vu de l’Elysée, le reportage de France2 a l’incomparable “mérite” de démontrer que la santé économique d’un pays qui élève l’économie de marché au rang de religion d’Etat dépend essentiellement de la flexibilité des conditions légales de travail qui s’y pratique. Il est vrai qu’à côté du Code du travail conquis de haute lutte par les travailleurs et syndicats français, notre rachitique Code des obligations fait figure de prospectus publicitaire. La Suisse : un paradis ! Les patrons peuvent en toute liberté et légalité y licencier des représentants syndicaux qui plus est, avec la bénédiction des Juges et des autorités politiques. Mieux, ils peuvent, comme à Neuchâtel, s’asseoir sur une CCT qui concerne 5’300 infirmières et employés du secteur de la santé avec l’aide de l’Exécutif cantonal qui vient pourtant de la signer. En fait, le grand avantage de la Suisse réside en cela qu’on peut y faire appliquer et anticiper toutes les privatisations et déréglementations contraintes par le traité de Maastricht sans même avoir besoin de s’intégrer à l’UE des 28… Une aubaine, une démonstration… un exemple pour la bande à Hollande !

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.