Les Prolétaires, les Animaux et les Forêts en société avec le Capitalisme


La Génisse, la Chèvre et leur sœur la Brebis,
Avec un fier Lion, Seigneur du voisinage,
Firent société, dit-on, au temps jadis,
Et mirent en commun le gain et le dommage.

Dans les lacs (1) de la Chèvre un Cerf se trouva pris;
Vers ses associés aussitôt elle envoie.
Eux venus, le Lion par ses ongles compta,
Et dit: Nous sommes quatre à partager la proie;
Puis en autant de parts le Cerf il dépeça;

Prit pour lui la première en qualité de Sire:
Elle doit être à moi, dit-il, et la raison,
C’est que je m’appelle Lion:
À cela l’on n’a rien à dire.

La seconde par droit me doit échoir encor:
Ce droit, vous le savez, c’est le droit du plus fort.

Comme le plus vaillant je prétends la troisième.

Si quelqu’une de vous touche à la quatrième,
Je l’étranglerai tout d’abord.

La Génisse, la Chèvre et la Brebis en société avec le Lion, par Jean de La Fontaine (1668). Titre 2014 du poème proposé par Bernard Walter.

(1) Lacets tendus sur le passage du petit gibier pour le piéger par étranglement.

3 Responses to “Les Prolétaires, les Animaux et les Forêts en société avec le Capitalisme”

  1. Pivoine 3 novembre 2014 at 12:19 #

    Orwell aurait-il lu cette fable avant d’écrire “La ferme des animaux” ?

  2. Goupil 3 novembre 2014 at 12:23 #

    Sophocle, la Fontaine, Orwell…

  3. Lunard / A.R.C Némoz 7 novembre 2014 at 15:25 #

    Voltaire, Nostradamus, …

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.