Vices privés, vertus publiques


Vices publics, vertus privées?

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Dans les années 1990, il était de bon ton de vénérer les banques privées et de discréditer leurs pendants aux mains des pouvoirs publics. Les banques cantonales n’ont pas d’avenir, tonnaient les académiciens formés en HEC, qui leur prédisaient une disparition prochaine.

Force est de constater que ces doctes formateurs se sont lourdement trompés. Car ce sont bien les banques privées qui tirent la langue aujourd’hui. Celles qui ne disposent pas d’antennes à l’étranger, en tout cas, qui affichent des résultats décevants, tant au niveau des rendements que de la masse sous gestion sans laquelle leur existence n’a pas de sens. Seraient-elles en train de rater le virage de l’industrialisation? Le modèle économique qui aboutit à rationaliser le back-office, soit la facturation et les opérations informatiques ne suit pas. La conséquence est perceptible: le nombre des banques privées fond comme la neige au soleil. Les comptables agréés recensaient 117 instituts bancaires au mois de juillet dernier, contre 133 une année auparavant.

L’introduction progressive des taux négatifs n’arrange pas les choses, elle exerce un effet repoussoir sur les déposants potentiels.

Le réchauffement climatique continuera donc à sévir, mettant à rude épreuve la fraîcheur d’embauche d’un employeur important avec quelque 30’000 emplois en Suisse.

Si elles ont connu aussi un recul du bénéfice au premier semestre, les banques cantonales ne semblent pas avoir ce souci. Leur marche des affaires n’inspire pas d’inquiétude particulière, en témoigne la bonne performance de leurs titres à la bourse. Particulièrement en verve à cet égard est la Banque cantonale de Genève dont le PDG cumule les palmes. Vices privés, vertus publiques?

GHI

Tags:

One Response to “Vices privés, vertus publiques”

  1. Martin de Waziers 15 septembre 2016 at 05:26 #

    S’il est de bon ton de critiquer les banques privées qui ont beaucoup de mal à se réformer, suite au tremblement de terre de la transparence fiscale et du renvoi conséquent de clientèle étrangère chez eux, il faut seulement corriger deux faits dans l’article. Un, le recul du nombre de BP est, en particulier; lié à un phénomène naturel de consolidation; il est désormais difficile pour les petites de survivre sous la barre des CHF10MldF sous gestion. Deux, les banques cantonales sont universelles, c’est-à-dire qu’elles sont dans un créneau de service complet, contrairement à la grande majorité des BP qui se concentrent sur le créneau de la gestion de fortune. Je ne tirerai donc pas la conclusion de façon aussi claire et laisserai l’interrogation!

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.