Erling Mandelmann, ton regard va nous manquer!


La Méduse a la tristesse de faire part du décès de son très cher collaborateur Erling Mandelmann. Rea, la fille du photographe, nous a envoyé ce message ce matin:

“Erling, papa, grand-papa, compagnon et ami pour d’autres s’en est allé, trop rapidement, tôt ce matin. Son passage sur terre aura illuminé notre quotidien, son regard de la vie nous aura permis de grandir un peu plus chaque jour, son humour et sa sagesse vont nous manquer, c’est certain! Grand personnage parmi nous, être Cher, photographe passionné, que son voyage continue là où il se trouve, à nous transmettre de sa joie qui anime nos vies.”

Merci, Rea, pour ce bel hommage.

Merci, Erling, pour ta vision toujours si fraîche du monde, ta manière si spontanée d’exprimer par l’image ta passion, la curiosité de l’autre.

Un grand photographe de la vie et de ses vécus dont la Méduse a résumé ainsi le parcours dans  l’impressum du journal:

“Né en 1935 à Copenhague, Erling Mandelmann est-il le plus Suisse des Danois ou le plus Danois des Suisses? Peu importe, ce photographe éminemment extraverti dont les archives sont déposées au Musée historique de Lausanne est un véritable croqueur de célébrités. Plus de 500 portraits, réalisés en grande partie sur la Riviera lémanique. Autant de trophées qu’il a doublement immortalisés grâce à «show me» l’ouvrage bilingue français-anglais, paru en 2016. Erling vit une partie de l’année à Nyons, son “paradis sur terre”, dans cette Drôme dont il restitue amoureusement les senteurs pour la Méduse. Par l’objectif, bien sûr, mais aussi la légende, tendrement poétique.”

Il y a trois jours, Erling nous envoyait encore une photo tirée de ses archives, trois écolières dans une rue de Ouagadougou en 1972, qu’il considérait comme l’une de ses préférées. Il la légendait comme cela: “Elles courent avec leurs livres sous les bras, souriantes et pleines de confiance”. Alors que nous savions sa santé très précaire, cet envoi de fraîcheur et de joie nous avait remplis d’espoir.

Erling, ton regard enthousiaste sur la vie va nous manquer.

Nos pensées reconnaissantes et émues vont à Elena, Björka, Rea et ainsi qu’à tes petits-fils.

Christian Campiche

Erling Mandelmann, 1935-2018, photo Chris Hoffmann, 2017

 

Tags: , , ,

15 Responses to “Erling Mandelmann, ton regard va nous manquer!”

  1. Laurette Heim
    Laurette Heim 14 janvier 2018 at 14:52 #

    Oh non, quelle tristesse en ce dimanche hivernal. Toutes mes pensées émues à la famille, les proches et les amis.
    J’aime tellement (re) découvrir vos photos sur La Méduse. A défaut de vous avoir rencontré “en vrai”, un grand regret, me resteront quelques échanges mail, et avant tout, la découverte de deux de vos livres en particulier :
    “Rencontres – Portraits de 35 ans de photo-journalisme”, Éditions Benteli, 2000 et
    “Le photographe, le musicien et l’architecte”, Castagnieee Editions, 2010, tous deux dévorés dans La Villa “Le Lac” Le Corbusier.
    Un régal, j’en ai un souvenir éblouissant, dans cet écrin magique à Corseaux, au bord de l’eau.
    Et, pour le second ouvrage, une aide profonde à la compréhension du lieu, mais aussi, et surtout, de la vie et de la profession du musicien Albert Jeanneret, frère beaucoup trop méconnu de Le Corbusier, mais que vous avez su, justement et finement, magnifier par la photographie.
    Grâce à vos images, j’entends Albert, ses élèves, sa mère, et je les vois vivre. Mieux même, lorsque je suis dans la Villa, je vis avec eux.
    Merci merci et god tur, bon voyage Erling Mandelmann … dans l’attente que vous nous rameniez des images de l’au-delà…

  2. Guglielmetti sylvia 15 janvier 2018 at 08:38 #

    Repose en Paix mon ami, un grand maître de la photographie nous quitte, Mais grâce à tes livres on ne t’oubliera pas. Mes pensées vont particulièrement à Elena,ses filles et ses petits-fils. Sylvia et Jean-Marc Guglielmetti

  3. Rochat Marie-Françoise 15 janvier 2018 at 09:34 #

    Je ne connaissais Erling Mandelmann que par ses photos et ses écrits remarquables dans la Méduse mais je les lisais avec grand intérêt.

    Ma chère Elena, du fond du cœur, je t’adresse mes affectueuses pensées et je pense très fort à toi.

    Marie-Françoise Rochat en souvenir des beaux moments passés ensemble au travail dans une célèbre enseigne française.

  4. Daniel Ziv 15 janvier 2018 at 10:47 #

    Il n’y a pas de mots pour exprimer la tristesse. En dehors de l’amitié, Erling était peut – être la personne la plus généreuse que j’ai rencontrée durant ma vie. Que ce soit dans ses engagements auprès de causes humanitaires ou dans la vie de tous les jours. Nous venions juste de terminer sa biographie et il avait reçu la dernière épreuve, il n’y a même pas une semaine. Erling, tu vas nous manquer. Et ce n’est pas peu dire.
    Je ne peux que reproduire ici un des derniers mails que tu m’as envoyé, il y a 3 jours, le 12 janvier :
    “Oui, Daniel, ma situation s’est détériorée à tel point que personne ne sait vraiment ce qui s’est passé. Il y à 2 semaine je blaguais à propos de ma mort. Aujourd’hui ce n’est plus le cas.
    Heureusement je suis bien entouré par mes filles ET Elena.
    Enfin j’ai reçu le livre avec les corrections. Donc je suis content.
    Si tu veux, tu peux tel sur le tel. De Rea. Elle serait à la clinique vers 18-18.30.
    À toute.
    Erling »

    Elena, Rea, Bjørka, je pense à vous très fort,

    Daniel

  5. Catherine Courtiau 15 janvier 2018 at 11:01 #

    Quelle tristesse, j’ai eu le privilège de rencontrer ce grand photographe, homme jovial et généreux. Il a illustré une de mes publications de ses merveilleuses prises de vue de la « petite maison » que Le Corbusier avait réalisée pour ses parents à Corseaux en 1923/4. Il avait très bien connu le frère de Corbu, le musicien violoniste Albert Jeanneret qui était domicilié dans cette maison de 1939 à 1971. Erling Mandelmann manquera à tous ceux qui l’ont rencontrés, mais ses clichés perdureront!

  6. Aline Jaccottet 15 janvier 2018 at 13:52 #

    Un homme merveilleux… quel plaisir d’avoir passé une journée avec lui en mars à l’AG d’Impressum! Toutes mes condoléances à sa famille…

  7. Barbara Fournier 15 janvier 2018 at 23:26 #

    Nous serons nombreux à être très tristes, car Erling n’était pas qu’un “grand photographe”, c’était une âme tellement lumineuse, douce et vive. Une âme solide et sensible, qui semblait à l’abri du temps, de l’usure… Impossible de penser à lui sans voir immédiatement son large sourire, son regard pétillant, sans évoquer cet amour sans fin qu’il avait pour la vie, pour les êtres et qui, en dépit du vide immense qu’il laisse, restera dans chacune de ses images et dans la mémoire de tous ceux qui auront eu la chance de croiser son chemin.
    Que sa lumière réchauffe maintenant celles qu’il a tant aimées et pour qui ce mois de janvier est devenu brutalement et cruellement si froid, ses filles et Elena… A elles vont ce soir toutes mes pensées.

  8. Favre Gilberte 16 janvier 2018 at 10:05 #

    Je suis bouleversée. Je l’avais croisé fugitivement avant Noël au Marché de Lausanne… mais nous avions été emportés par la cohue. Erling était avec sa compagne avec qui il avait trouvé la sérénité après des années douloureuses sur le plan familial.
    Je l’avais connu par Henriette Grindat et Yersin. C’est dire que je le connaissais depuis un moment…
    Nous avions d’emblée sympathisé et il avait aussi aimé mon mari, Noureddine Zaza, décédé en 1988.
    Erling fut un grand photographe et j’ai aimé travailler avec lui. Il fut surtout un Etre humain exceptionnel, délicat, généreux et très ouvert, un époux et papa très courageux.
    Et enfin, un photographe très talentueux et humble.
    Il nous a beaucoup apporté.

  9. Liane et Santo Cappon 16 janvier 2018 at 12:05 #

    Avant d’être un objectif de grand photographe, il était un regard, prisme premier de toute chaleur humaine potentielle. Avec en prolongement ce sourire de gentillesse absolue pour approcher le monde et ses contemporains.
    A travers Elena, notre amitié survivra à l’inéluctable.

  10. Florianne Munier 16 janvier 2018 at 13:55 #

    C’est avec une tristesse infinie que j’ai appris le décès de Erling… Après avoir travaillé pour le même magazine, nous avons gardé contact lorsqu’Erling est parti à la retraite. Et c’était toujours avec un grand bonheur que nous nous retrouvions dans le sud de la Drôme, région qu’il a tant aimée! Chère Elena, je t’envoie nos plus affectueuses pensées et nous t’assurons de toute notre amitié! Nous espérons continuer à partager de beaux moments avec toi… Toutes nos condoléances vont également à toute sa famille et à ses proches. Florianne + Beat

  11. Christian Campiche
    Christian Campiche 16 janvier 2018 at 18:54 #

    Cet article de l’ATS repris notamment par swissinfo rend aussi hommage à Erling:

    https://www.swissinfo.ch/fre/le-photographe-erling-mandelmann-est-décédé/43825000

  12. Viviane Mermod-Gasser 17 janvier 2018 at 18:10 #

    Quelle tristesse ! En lisant l’article de La Méduse, je découvre l’âge d’Erling… Incroyable ! J’ai toujours eu le sentiment d’être en face d’un jeune homme ! Si joyeux et si curieux de tout ! Il y a longtemps que je ne l’ai revu, mais je garde un formidable souvenir de nos échanges (et de quelques luttes communes). C’était un adorable collègue et un remarquable photographe. Bon voyage, Erling…

  13. Francine Brunschwig 18 janvier 2018 at 11:52 #

    Je ne savais pas Erling atteint dans sa santé. Je n’oublierai pas sa gentillesse, son accent bien à lui, son amitié et ses talents.

  14. Ellen Weigand 19 janvier 2018 at 11:41 #

    Je suis triste d’apprendre le départ d’Erling, avec qui j’ai eu le grand plaisir de travailler quelques fois. Oui, c’était un grand, et un homme profondément gentil, dont le regard va nous manquer.

    Bon vent Erling, et toutes mes pensées à tes proches

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.