Tribune libre – Pourquoi le peuple cubain proteste-t-il?


Le gouvernement de Díaz Canel et le Parti communiste de Cuba (PCC) affirment que les protestations « sont orchestrées et financées par les États-Unis ». Ce n’est pas vrai. Bien sûr, l’impérialisme veut utiliser les protestations à son avantage. Les causes profondes sont à chercher dans les politiques d’austérité appliquées en janvier par le gouvernement cubain, qui ont creusé les inégalités sociales. Le capitalisme de style cubain existe à Cuba depuis des décennies.

 La première chose à dire, et plus encore de la part de la gauche, est que les protestations populaires à Cuba sont totalement authentiques. Les gens sont descendus dans la rue parce qu’ils ne supportent plus la pauvreté, la grave détérioration de leur niveau de vie. Bien sûr, l’impérialisme a sa part de responsabilité dans la crise sociale cubaine en raison de son blocus historique et des dernières sanctions. Le blocus, que nous avons toujours répudié et combattu, n’est qu’un élément et non la cause fondamentale de la grave situation sociale dont souffre le peuple cubain.

Le blocus, établi dans les années 1960, a échoué en raison de la résistance du peuple cubain et du soutien apporté dans le monde à la révolution cubaine. Aujourd’hui, elle est très limitée et partielle. Depuis des décennies, Cuba entretient des relations commerciales et politiques avec presque tous les pays du monde. À tel point que depuis les années 1990, sous la direction de Fidel et Raul Castro, les investissements privés étrangers ont été facilités, dans le cadre de coentreprises avec des multinationales, notamment de l’Union européenne et du Canada. Le PCC, suivant la voie tracée par la Chine, a restauré le capitalisme sur l’île. C’est la triste vérité. C’est le véritable cadre économico-social qui explique le déchaînement social sans précédent du 11 juillet.

 L’ajustement capitaliste de janvier 2021

C’est précisément la bureaucratie du PCC qui a toujours brandi l’argument du « blocus » pour justifier l’absence de libertés et le fait que les travailleurs cubains travaillent depuis des années avec des salaires de 15 dollars, par exemple, pour des multinationales espagnoles ou canadiennes du secteur touristique ou pour la société Cuba Ron SA, formée par des hommes d’affaires cubains et la société française Ricard Pernod (propriétaire du whisky Chivas Regal). Pendant ce temps, les dirigeants du PCC, les militaires et la nouvelle bourgeoisie vivent comme des riches, avec leurs privilèges et dans des quartiers réservés. Il y a quelques mois, Tony Castro, l’un des petits-fils de Fidel Castro, a partagé sur ses réseaux sociaux des images de ses voyages coûteux vers des destinations telles que Paris et l’Espagne. Il a également posté des photos de lui conduisant une BMW dans des sites touristiques luxueux à Cuba. Cela a provoqué une grande indignation.

Ce qui a mis le feu aux poudres n’est pas une « conspiration impérialiste » mais l’ajustement brutal mis en œuvre par le gouvernement cubain en janvier de cette année. Le président Miguel Díaz Canel a appelé les réformes du travail et des prix « Tarea ordenamiento ». Le gouvernement a mis fin à la longue période d’existence de deux monnaies à Cuba, le peso cubain et le peso convertible CUC. Avec cela, ils ont décrété une misérable augmentation des salaires et une forte hausse de tous les prix de la consommation populaire. En d’autres termes, un ajustement capitaliste typique. Si « orthodoxe » qu’il a même été annoncé que son objectif était d' »encourager l’investissement privé ». En outre, « la participation majoritaire du capital étranger dans les sociétés mixtes (…) dans le secteur financier, elle inclut des entreprises à capital totalement étranger » (Clarín, 19/12/ 2020, page 36). Le salaire minimum mensuel est passé de 500 pesos (20 dollars) à 2 100 pesos (87 dollars) mais les prix de la nourriture, du nettoyage, du gaz, de l’électricité et des transports ont augmenté bien au-delà de l’augmentation des salaires. Au cours de ces mois, une plus grande inflation et la spéculation capitaliste avec le dollar se sont déchaînées.  Cela a entraîné une dévaluation de facto (le dollar officiel de 24 pesos est déjà à 60 pesos sur le marché parallèle) qui a fini par liquéfier le salaire déjà misérable. Tout cela a entraîné des pénuries plus importantes. Les Cubains font d’interminables queues pour obtenir de la nourriture, subissent des coupures de courant et, en pleine pandémie, il y a une pénurie de médicaments. Cela montre la détérioration du service de santé qui était autrefois de première classe.

Tout cela a déclenché un mécontentement le dimanche 11 juillet dans la ville de San Antonio de los Baños, à 38 km de La Havane, et s’est rapidement propagé à d’autres villes et à La Havane elle-même. Des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour réclamer de la nourriture, des médicaments et pour désavouer le gouvernement et son ajustement. Voici comment les membres du collectif éditorial de Comunistas Blog l’ont expliqué : « Cet après-midi, le peuple cubain est descendu dans la rue. Un peuple qui n’a été appelé par aucune organisation autre que la crise économique aiguë que connaît Cuba et l’incapacité du gouvernement à gérer la situation. Cuba est descendu dans la rue avec le mauvais slogan ‘Patrie et vie’, mais ils sont descendus dans la rue au-delà d’un slogan, ils sont descendus dans la rue pour exiger du gouvernement un socialisme réel ». Certains de ses membres ont été arrêtés, dont l’historien marxiste Frank García Hernández. 

Soutenons la protestation populaire et la liberté de toutes les personnes détenues

Ce qui s’est passé à Cuba est similaire aux mobilisations qui ont eu lieu au Chili, en Colombie, au Pérou ou au Brésil contre les ajustements. De nombreux combattants peuvent croire qu’à Cuba, c’est différent. Ce n’est pas le cas. À Cuba, il n’y a plus de socialisme. C’est un régime répressif à parti unique qui, comme la Chine ou le Vietnam, gouverne pour les nouveaux riches et leurs alliances avec les multinationales. La pauvreté et les inégalités se creusent à Cuba. C’est pourquoi ces protestations populaires pourraient être le début d’un changement de la situation. Nous savons que dans ces processus, il existe des secteurs pro-yankees, alliés aux exilés de Miami, qui voudront utiliser ces mobilisations pour établir leur propre gouvernement. En tant que socialistes révolutionnaires, nous encourageons la mobilisation ouvrière et populaire, pour mettre fin à l’ajustement dans la perspective de réaliser un gouvernement de la classe ouvrière et du socialisme avec la démocratie ouvrière et populaire. Pour cela, nous luttons pour la construction d’une nouvelle direction révolutionnaire qui reprend les bannières du Che et de la première révolution socialiste.

Les manifestations se poursuivent et il y a déjà un mort dû à la répression. Depuis l’UIT-QI, nous soutenons le peuple cubain et nous appelons tous ceux qui se disent anti-impérialistes et de gauche dans le monde, à faire preuve de solidarité pour vaincre le plan d’austérité, contre la répression, pour le droit de manifester et afin d’obtenir la liberté de toutes les personnes arrêtées pour avoir lutté.

Miguel Sorans, membre de la direction d’Izquierda Socialista, d’Argentine et de l’UIT-QI

Tags: , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.