Rouage


PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Les débordements observés à la manifestation du 16 septembre dernier à Berne, sont du pain bénit pour les détracteurs de la contestation sanitaire. Citant André Duvillard, le délégué du Réseau national de sécurité de la Confédération, un journal dominical affirme qu’ « une petite partie des personnes opposées aux restrictions mises en place pour lutter contre le Covid commencent à se radicaliser ». Il ne s’agit que d’une « petite minorité » mais les médias n’en sautent pas moins sur l’aubaine. Dopés par le télétexte, ils relaient allègrement l’avertissement anxiogène sans faire dans la dentelle. Des couteaux et des tournevis ont été saisis, ces personnes sont prêtes à commettre des actes de violence!

Alors qu’ailleurs en Suisse, d’autres manifestations, sagement encadrées par les organisateurs, n’ont donné lieu à aucun accrochage, l’amalgame créé à partir des images du 16 septembre permet de jeter le discrédit sur l’ensemble du mouvement anti-passe sanitaire. L’opprobre dérive des propos d’un expert dont la biographie nous apprend qu’il s’agit d’un ancien commandant de police promu à ses fonctions actuelles du temps où Karin Keller-Sutter régnait sans partage sur la Conférence des directeurs de police. Le monde est petit! Et Berne tient le couteau. Dociles, les médias lui apprêtent le rôti.

Introduisez-moi quelques casseurs dans le cortège, vous verrez, c’est imparable! Les journaux tartinent sur les dégâts et l’offense aux institutions, les caméras zooment sur trois excités qui s’en prennent à des grillages, et occultent le fond du problème. Les milliers d’autres manifestants pacifistes ne sont que des écervelés manipulés qu’il convient de remettre dans le droit chemin. Comme lors des rassemblements altermondialistes dans les années 2000, l’affaire est réglée. Auteur de l’essai “Le Bug humain” et du livre «150 petites expériences de psychologie des médias – pour mieux comprendre comment on vous manipule», le neurobiologiste et journaliste français Sébastien Bohler confirme ce conditionnement de l’opinion publique: «Exposé à une masse d’informations accrues sur les thèmes touchant au terrorisme, le public exprime automatiquement une recherche d’ordre et de répression de toute forme de délinquance, lorsqu’il perçoit une telle menace».

Dans l’ouvrage «Le Temps de la désinformation», publié en 1986 déjà, le neurologue Henri-Pierre Cathala rappelait que «dans les pays totalitaires, la presse est un rouage de l’Etat, chargé de diffuser la seule vérité officielle ou, tout au plus, de présenter des simulacres de débats, parfaitement organisés pour créer une apparence d’ouverture d’esprit et de tolérance». Depuis l’arrivée du Covid, à considérer comment la presse diffuse sans nuance ni recul les préceptes sanitaires diffusés par les décideurs politiques, on peut se demander si les démocraties ne sont pas en train de basculer à leur tour dans une sorte de totalitarisme.

Tags: , , , , , , , , , , ,

3 Responses to “Rouage”

  1. Mirko 27 septembre 2021 at 08:36 #

    Des couteaux et des tournevis? Mais c’est horrible, ils auraient pu se faire des sandwichs ou réparer des vélos.

    • Heizmann 27 septembre 2021 at 11:18 #

      De plus un bon couteau suisse fait les deux…

      Blague à part, félicitations à Christian Campiche pour maintenir cette analyse critique propre au journalisme d’investigation, qui est devenue une denrée rare dans nos mainstream bêlants…

  2. Jean-Philippe Chenaux 28 septembre 2021 at 11:49 #

    Centré, rasé, six heures! Votre édito va droit au but. La presse de grand chemin, comme l’appelle Slobodan Despot, fait de plus en plus fort dans la désinformation. On retrouve chez elle, depuis le début de la pandémie, tous les ingrédients analysés par Cathala et Volkoff dans leurs ouvrages: recours aux fausses symétries, à l’amalgame, au procédé des parts égales, etc., etc. Seul le recours à la «reductio ad hitlerum» fait encore défaut, mais les opposants à la politique sanitaire fédérale ne perdent rien pour attendre…

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.