En marche, la crétinisation des esprits via le démembrement de l’école française


PAR YANN LE HOUELLEUR, Paris

Hallucinant : « un job dating » a été organisé à Rennes pour convaincre des jeunes de devenir professeur. Aussi malade que l’hôpital, l’école manque de compétences : conséquence d’une gestion irrationnelle …

Sur une estrade, dans la salle des mariages d’un hôtel de ville parmi les plus majestueux de France : deux patrons qui à eux deux valent une fortune. Arnaud de Puyfontaine et Henri de Castries : Le premier préside le conseil d’administration du groupe Vivendi (Canal+, Editis, Prisma Media, Gameloft, etc.) dont le très controversé Vincent Bolloré est membre du conseil de surveillance. Le second a été le président et directeur général d’Axa jusqu’en 2016, depuis reconverti dans la présidence de l’Institut Montaigne, un think thank réputé libéral.

Ces deux « big boss » ont fait salle pleine en mairie d’Asnières lors d’un débat n’ont pas fait mystère de leur inquiétude quant à l’effondrement du système scolaire. L’excellent journaliste André Bercoff, qui anime chaque jour à midi sur Sud Radio une émission d’une qualité exceptionnelle (« Bercoff dans tous ses états ») s’est fait l’écho de cette déliquescence à la française.

Courant juin, l’éminent homme de presse a reçu deux enseignants qui ont fait des révélations ahurissantes sur l’évolution de l’école en France. Au micro de Bercoff : Harold Bernat, professeur de philosophie, auteur de « La défaite de la Majorité » et Jean-Paul Brighelli, professeur agrégé de lettres modernes, auteur de « La fabrique du crétin – Vers l’apocalypse scolaire ».

Tous deux se sont accordés à dire que les inspecteurs d’Académie transmettaient dorénavant des consignes très strictes aux correcteurs, lors des épreuves du Bac, visant à « élever artificiellement le niveau ». Un élève peut faire des fautes d’orthographe à la chaîne et obtenir toutefois d’excellentes notes. Harold Bernat a fait le constat suivant : « Je suis dans l’Education nationale depuis vingt-deux ans et j’ai constaté que le savoir n’est plus en odeur de sainteté au sein du ministère. J’ai même eu des classes où il était tabou de réussir. Les bons élèves devaient se cacher. »

Le crétinisation des esprits : c’est bel est bien l’alpha et l’oméga du néolibéralisme triomphant qui vise avant tout à « fabriquer » non point des esprits doués d’intelligence et de sens critique mais des consommateurs aisément manipulables par les influenceurs, les publicitaires, les grandes marques. Jean-Paul Brighelli a évoqué, carrément, la mort programmée du Bac… Il existe même un logiciel, le Santorain, dont l’ex-ministre Jean-Michel Blanquer a été le promoteur acharné, ce qui lui a valu une détestation accrue de la part des enseignants, plus particulièrement les professeurs de philosophie.

L’auteur est dessinateur en plein air, éditeur d’un journal numérique et occasionnellement lanceur d’alerte.

Photo YLH

Tags: , , , , , , , ,

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.