La Banque Nationale Suisse devra-t-elle sauver ses fesses?


PAR PIERRE ROCHAT

La Banque nationale Suisse (BNS) est une société anonyme cotée en bourse. Ses actionnaires sont surtout les cantons mais aussi des investisseurs privés, y compris étrangers. Elle est dirigée par un Conseil d’administration et ne reçoit aucun ordre de la Confédération.

Mais la BNS a ceci de particulier, c’est qu’elle a reçu de la Confédération le mandat exclusif de gérer la monnaie suisse. En toute indépendance. Son périmètre de compétence s’étend à la garantie de la stabilité des prix notamment. Sa mission est aussi, et en premier lieu, d’alimenter le pays en liquidités selon les besoins de l’économie. Mais encore de minimiser l’inflation importée en pilotant la valeur du Franc par rapport aux monnaies étrangères importantes pour notre balance commerciale.

Pardonnez-moi d’avoir été trivial dans cette introduction.

Ces vastes tâches ont conduit la BNS à émettre du Franc en masse depuis une décennie. Elle se retrouve aujourd’hui avec un stock de placements – les contreparties acquises lors de l’émission de Francs – qui excède 1,5 fois le produit intérieur brut du pays pour donner une échelle.

Le problème, c’est que cette année ces placements ont perdu de la valeur, exprimée en Franc. Aujourd’hui la BNS annonce une perte de 142 milliards de Francs pour les 9 premiers mois de l’année.

Jusque ici, pas de souci pour la Banque Centrale. Elle peut faire face à ces «correctifs de valeurs» . Mais le problème, c’est le politique. Car la Confédération et les Cantons avaient pris l’habitude de recevoir une part des bénéfices de la BNS. Alors, lorsqu’il n’y a plus d’excédents les cigales font grise mine!

Le Président et le Vice-Président de la Direction de la BNS sont certes proposés par le Conseil d’administration, mais en vertu de la régale dont dispose l’établissement, ces nominations appartiennent au Conseil Fédéral. Et c’est là que la faille apparait, car, pour sauver leurs fesses, les responsables de l’Institut d’émission pourraient être tentés de piloter le Franc afin de faire apparaître coûte que coûte des excédents au lieu de remplir leur mission.

On n’en est pas là. Ce n’est qu’une hypothèse d’école. Mais méfions-nous des failles, elles sont attirantes, surtout par temps de disette.

Le débat politique existe sur ce point et une proposition a été mise sur la table d’élire ces responsables par le Parlement Fédéral. Pour l’instant combattue. A suivre.

Image BNS

Tags: , , , , , , , ,

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.