Journée internationale pour mettre fin à l’impunité des crimes contre les journalistes, il faut en faire plus


« Il faut en faire plus pour combattre l’impunité sur le terrain », a déclaré la Campagne Emblème de Presse (PEC) à l’occasion de la Journée internationale pour mettre fin à l’impunité des crimes contre les journalistes, le 2 novembre 2022. « Des progrès lents sont réalisés, mais encore très insuffisants », informe la PEC qui lance un appel à commencer le travail pour une convention internationale. Voici le communiqué de la PEC dans sa version intégrale:

Récemment, cinq ans après le meurtre de Daphne Caruana Galizia en octobre 2017 à Malte, deux frères ont été condamnés à 40 ans de prison le 14 octobre. La justice est très lente mais c’est mieux que rien.

Au Mexique, trois personnes ont été condamnées le 28 octobre pour le meurtre de la journaliste Lourdes Maldonado tuée le 23 janvier 2021.

Malgré ces rares exemples, l’impunité prévaut dans la plupart des crimes. Les cerveaux du crime ne sont pas poursuivis. Selon un récent rapport de l’UNESCO, 86% des crimes contre les journalistes sont restés impunis. En 10 ans, la baisse n’est que de 9%. L’UNESCO a signalé une tendance à la hausse des cas résolus dans le monde, passant de 11% en 2018 à 14% en 2022.

2022 sera une année particulièrement meurtrière pour les journalistes avec déjà 107 professionnels des médias tués.

C’est une augmentation de 57% en 10 mois par rapport à l’année dernière. L’Ukraine, le Mexique, le Pakistan et Haïti sont jusqu’à présent les pays les plus dangereux pour les journalistes cette année.

Il est très important que les meurtres en Ukraine ne restent pas impunis et que les circonstances de ces crimes fassent l’objet d’une enquête indépendante.

La PEC appelle à nouveau les gouvernements à soutenir l’adoption d’une Convention des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et autres professionnels des médias. Malgré l’adoption de 13 résolutions sur la sécurité des journalistes aux Nations Unies et l’adoption du Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et l’impunité qui commémore son 10ème anniversaire, les journalistes continuent d’être attaqués pour avoir fait leur travail. Il est urgent d’adopter un instrument contraignant qui obligerait les gouvernements à s’attaquer à l’impunité pour les violences visant les journalistes et le personnel des médias, à enquêter et à poursuivre les responsables.

À cet égard, PEC salue la campagne mondiale pour l’adoption d’une Convention internationale dédiée à la protection des journalistes et des professionnels des médias, officiellement lancée par la Fédération internationale des journalistes (FIJ) lors de la 51e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève le 30 septembre 2022.

La Convention met en évidence les faiblesses et les lacunes existantes dans le droit international humanitaire et des droits de l’homme, ainsi que l’absence de mécanismes d’application efficaces. Plus de 60 syndicats de journalistes et de médias, associations, organes représentatifs des médias, organisations de médias et ONG à travers le monde ont déjà soutenu le projet de convention.

La PEC appelle l’Union européenne à prendre la tête du processus d’adoption de la convention. L’UE doit montrer son engagement en faveur de la liberté de la presse et de la liberté d’expression non seulement en paroles mais aussi en actes.

Tags: , , , , , , , ,

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.