Déchets nucléaires: la querelle des anciens et des modernes


A en croire Monsieur Giovanni Leonardi, PDG du groupe d’électricité suisse ATEL, le problème des déchets nucléaires est un problème politique qui ne doit pas être lié à celui de la nouvelle centrale qu’il entend construire à Gösgen.

Au vingtième siècle, il était encore courant de laisser la gestion de ses déchets dans la nature ou au pouvoir public (c’est-à-dire au contribuable, à vous et à moi) en suivant la voie que l’industrie chimique avait tracée. Les vingt-et-unième siècle a compris que la nature n’est pas un dépotoir et le contribuable une vache à lait.

En outre, la nouvelle économie a l’avantage de rétablir une concurrence loyale entre les différentes formes d’énergie, en redonnant à César les coûts indirects qui appartiennent à César. C’est la chance du vingt-et-unième siècle qui va nous permettre de passer le cap de la fin des hydrocarbures et de réduire le danger climatique en développant des formes d’énergie nouvelles durables et économiques.

Dans cette querelle des anciens et des modernes, les modernes sont les pays qui ont saisi cette chance au vol comme l’Allemagne qui réalise d’importants investissements dans les énergies renouvelables; tandis que les anciens sont ceux qui souhaitent tirer les derniers bénéfices des investissements réalisés au siècle passé, comme la Suisse qui dépoussière de vieux projets. L’arbitre sera l’application rigoureuse et inéluctable du principe du pollueur-payeur.

Tags: , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.