Deux journalistes marocains racontent leur arrestation à Casablanca


Vendredi 4 juin 2010 à 5h45 du matin, le chef de la Police Judiciaire ainsi que le chef de la brigade préfectorale de Casablanca, accompagnés d’environ 15 officiers et agents de la Police Judiciaire marocaine, ont défoncé la porte de l’appartement casablancais de Zineb El Rhazoui, journaliste indépendante et co-fondatrice du Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles (Mali). Zineb El Rhazoui s’y trouvait en compagnie d’Ali Amar, journaliste indépendant, fondateur et ancien directeur du “Journal hebdomadaire” (interdit par le pouvoir marocain en janvier 2010), et auteur du livre «Mohammed VI, le grand malentendu» (Calmann-Levy 2009), ouvrage censuré au Maroc. “La Méduse” publie le récit de cette arrestation, tel qu’il lui a été communiqué par les deux journalistes.

 “Les dits agents d’autorité ont refusé de décliner leur identité ou de présenter leur carte professionnelle. Ils n’étaient pas non plus munis d’un mandat de perquisition ou d’amener. Zineb El Rhazoui et Ali Amar n’avaient pas reçu de convocation préalable. Dès qu’ils ont franchi le pas de la porte, les policiers ont commencé à photographier les deux journalistes et les recoins de l’appartement et les ont interrogés sur la nature de leur relation, question à laquelle ils ont refusé de répondre. Les deux journalistes qui se trouvaient dans le salon, ont reçu l’ordre de se soumettre à une mise en scène en s’asseyant sur le lit de la chambre à coucher de Zineb El Rhazoui pour y être photographiés ensemble, alors qu’ils étaient en tenue de ville. Devant le refus de ces derniers de s’exécuter, trois agents se sont rués sur Ali Amar et l’ont menotté. Les deux journalistes ont alors été immobilisés par deux agents, alors que d’autres s’affairaient à fouiller de fond en comble l’appartement, sans pour autant donner la moindre explication de ce qui justifie un tel assaut. Les agents ont continué à prendre de multiples photos, notamment du reste d’un dîner dont deux bouteilles de vin rouge vides. Ils ont ensuite démantelé les ordinateurs et les périphériques informatiques des deux journalistes qui venaient de terminer une séance de travail consistant à la rédaction d’articles pour la presse internationale. Les agents ont compulsé leur documentation de travail, ont fouillé leurs sacs, papiers et effets personnels. L’un des officiers a ordonné à un agent d’examiner la vidéothèque de Zineb El Rhazoui pour vérifier s’il s’agit de films pornographiques. L’un des photographes (qui s’est révélé plus tard être un technicien de la police scientifique) s’est rendu dans la salle de bain pour prendre des photos en plan serré d’une pastille de bain effervescente de marque Sephora qu’il a faussement identifiée comme étant un préservatif.”

“Ce n’est qu’après les protestations répétées des deux journalistes que l’un des officiers a finalement donné quelques bribes d’explications. Il a justifié cette violation de domicile par la recherche d’un ordinateur supposément volé et le dépôt d’une plainte à ce sujet contre Ali Amar pour vol et Zineb El Rhazoui pour complicité. Lorsque Ali Amar a fourni la facture d’achat de ce matériel informatique qui attestait de sa propriété, la police a ignoré le document et saisi l’ordinateur. Les agents ont également essayé de saisir l’ordinateur portable de Zineb El Rhazoui et son disque dur avant d’y renoncer face à ses protestations. Ils ont tout de même saisi la carte mémoire de son appareil photo numérique, ainsi que les deux bouteilles de vin vides qui seront considérées comme des pièces à conviction.”

“Avant d’embarquer les deux journalistes à la préfecture de Police de Casablanca pour les soumettre à un interrogatoire qui a duré 12 heures et demie (de 7h à 19h30), Zineb El Rhazoui a demandé à se rendre aux toilettes, les policiers lui ont répondu qu’elle pouvait le faire uniquement si elle laissait la porte grande ouverte. Bien qu’il n’y ait pas eu de violence physique ou verbale dans les locaux de la police judiciaire, de nombreuses questions ont été posées aux deux journalistes sur les aspects relatifs aux mœurs. Le Procès-verbal de Zineb El Rhazoui fait mention de la consommation de vin et indique la présence d’un préservatif chez elle. Dans celui d’Ali Amar, la police a refusé de faire mention de la facture prouvant l’origine légale de l’ordinateur. Zineb El Rhazoui et Ali Amar ont été relâchés vers 19h30.”

 “Ali Amar a été verbalement convoqué à se représenter le 5 juin 2010 à 10h30 à la Préfecture de police de Casablanca.”

Tags: , ,

2 Responses to “Deux journalistes marocains racontent leur arrestation à Casablanca”

  1. L'électron libre 6 juin 2010 at 08:59 #

    Le satrape qui dirige le pays en se glissant dans les babouches d’Hassan II à fait siennes toutes les turpitudes exercées par son géniteur : arrestations arbitraires, méfiance viscérale envers la population, privilèges accordés aux lèche-bottes du Makhzen.
    En soi, il ne manque au tableau que les frasques sexuelles de son père qui lui a laissé comme cadeau une demi-sœur juive vivant en Israël.
    Naturellement dans les petits papiers des USA et soudoyés à mort par les Français il se croit au-dessus de la mêlée et se prend pour un célicole, alors qu’il n’est qu’un Peter Pan de pacotille.

  2. rightfighter 6 juin 2010 at 18:43 #

    Pieces a conviction contre 2 journalistes 🙂 !

    -PC portable, 2 Bouteilles vides , 1 Pastille de bain, 1 appareil photo, …

    Grave !!! On dirait des trafiquants ou des terroristes tres dangereusement armés 😉 !

    Heureusement Nous avons au maroc une Police Scientfique , oui messsieurs dames, scien-ti-fi que capable meme d’indentifier un preservatif dissilulé sous forme d’une innocente pastille de bain !!!!

    Chapeau !!! Cela merite largement la medaille mondiale de la connerie policiere, non ? En tout cas moi je vote des deux mains ( Oooooooooops , j’espere qu’ils viendront pas me taper dessus pour ce commentaire ? )

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.