L’anniversaire du pape François


Connaissez-vous une personnalité universellement exposée qui, au bout d’un an où tout lui a réussi, se cache au lieu de célébrer cet anniversaire? Tel est le dernier élément de la légende dorée du pape François.

PAR PIERRE KOLB

Un excès de vertu qu’il a fallu démentir, au sens où, oui, le pape s’est bien mis, avec 80 prélats, à l’abri des projecteurs pour une retraite spirituelle au moment de cet anniversaire, mais du fait d’une coïncidence: la date de cette retraite traditionnelle, accrochée au calendrier liturgique, tombait sur l’anniversaire de l’élection, lié au calendrier civil.

Soit. Le Vatican ne manque toutefois pas de spécialistes en communication qui auraient trouvé un moyen de donner de l’éclat à cet anniversaire pour autant que le pape y consente et l’on voit bien que cela n’a pas été le cas – d’ailleurs ladite retraite s’est inhabituellement déroulée en dehors de Rome. D’autres détails confirment le style non ostentatoire qui caractérise le nouveau pape.
De là à construire une légende dorée, il y a un pas que la Vox populi n’a pas eu de peine à franchir, au point que le pape François s’est lui-même fendu d’un démenti lorsque la rumeur est allée jusqu’à dire qu’il sortait du Vatican le soir pour aller nourrir des SDF… Ça ne lui est «même pas venu à l’idée», a-t-il précisé!

Soit, soit. Il n’est pas nécessaire d’en rajouter au rayonnement du nouveau pape, qui suscite l’engouement que l’on voit, révélateur de l’attente ressentie après les mésaventures d’un Benoît XVI débordé par les scandales, révélateur surtout de son indéniable charisme.

Le qualificatif de curé du monde lui va bien, qui rappelle l’impression donnée dès sa première apparition au soir du 13 mars 2013, avec ses propos allant à chacune des milliers de personnes massées sur la place Saint-Pierre. Un style direct, qui a dû évoquer à d’aucuns le fugace Jean Paul 1er, dont le ton familier de catéchiste avait surpris: mais ces instants furent courts puisqu’il a succombé à un malaise un mois après son élection.

Tandis qu’il est bien là, le «pape-curé» et sa manière d’être à la portée de tous, accentuée par son insistance à mettre en avant sa fonction d’évêque de Rome, partant à gommer les pompes du Souverain pontife. Curé aussi parce que cet homme reste attaché à la doctrine catholique dont certains aspects hérissent tant de gens, jusqu’à l’intérieur de la catholicité: mais c’est son vécu doctrinal enrichi par l’expérience de la vie, ce qui le met – et nous met – à l’abri du rigorisme, et incite à la compréhension des réalités. Raison pour laquelle l’opinion s’est emparée de certaines de ses réflexions, exemple celle sortie du contexte scabreux d’une affaire d’homosexualité révélée au Vatican: «Qui suis-je pour juger?»

Il utilise fréquemment le terme de miséricorde, sorte de mot-clé au sens de mot qui ouvre des portes: ce qui donne une approche nouvelle des sujets sensibles, l’homosexualité, le divorce, l’avortement, invitant à accompagner les personnes dans la complexité de leur réalité.

On l’a dit, le choix de son nom, François, a été d’emblée perçu riche de signification, et d’étonnement aussi, puisqu’aucun pape jusqu’ici, malgré le nombre d’Italiens ayant accédé à cette fonction, n’avait opté pour cette référence au “poverello”, figure centrale de l’histoire chrétienne. Tout un programme, qu’il a souligné en se rendant à Assise le 4 octobre 2013, pour la fête du saint, y expliquant que la paix franciscaine, fondée sur l’amour chrétien, n’est pas un sentiment doucereux.

Question références, celles au pape Jean XXIII ont bien vite circulé à propos du nouveau pape, lequel n’a pas cherché à démentir, rendant hommage à son prédécesseur dans un contexte à la limite du cocasse. Une procédure de canonisation de Jean XXIII avait été engagée, mais sans hâte excessive. Au moment d’aboutir à l’étape de la béatification, on ne sait trop qui a eu l’idée d’«équilibrer» la démarche en y flanquant le dossier du très conservateur et extrêmement controversé pape Pie IX, ce qui aboutit à une double béatification singulièrement dépareillée, en 2000, cérémonie présidée par Jean Paul II. A la mort de ce dernier, une étrange opération «santo subito» a été lancée, rapidement aboutie l’an dernier; c’est alors que le pape François a soutenu l’idée d’«équilibrer» la démarche en bouclant celle ayant trait à Jean XXIII! Pire, ou plutôt mieux, ce fut une occasion pour le pape François de marquer sa préférence en dispensant d’autorité Jean XXIII du miracle authentifié exigé en pareil cas. Une double canonisation est ainsi prévue dans un mois.

Trêve d’anecdotes. Le déplacement d’Assise avait été précédé de celui de Lampedusa, l’île des drames de la migration, où il devait aller, explique-t-il «pour réveiller nos consciences» (nous soulignons le «nos»). Citation: «La culture du bien-être, qui nous amène à penser à nous-même, nous rend insensibles aux cris des autres, nous fait vivre dans des bulles de savon, qui sont belles, mais ne sont rien; elles sont l’illusion du futile, du provisoire, illusion qui porte à l’indifférence envers les autres, et même à la mondialisation de l’indifférence. Dans ce monde de la mondialisation, nous sommes tombés dans la mondialisation de l’indifférence. Nous sommes habitués à la souffrance de l’autre, cela ne nous regarde pas, ne nous intéresse pas, ce n’est pas notre affaire !»

Cet homme a donné, par son mode vie, des gages à son discours. Ainsi que par les réformes entreprises au Vatican, même si l’issue en est forcément incertaine. Pour l’heure sa parole troublante et crédible, et la parole fonde l’action, constitue un message auquel nous devrions être attentifs.

Article paru dans “Courant d’Idées“.

Tags: , ,

One Response to “L’anniversaire du pape François”

  1. Bernard Walter 17 mars 2014 at 19:22 #

    Le “malaise” de Jean Paul 1er est-il à placer sous une rubrique “Légende dorée” ?

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.