Pôle muséal: le Collectif Gare veut le référendum, mais a un urgent besoin de soutien


Le Collectif Gare a pris acte de la décision des députés du Grand Conseil vaudois, qui ont voté à la quasi- unanimité des crédits destinés aux projets de Musée cantonal des beaux-arts et de Pôle muséal, le 18 mars dernier. Dans un communiqué de presse publié le 27 mars 2014, le Collectif Gare constate qu’un seul élu sur 150 a osé s’élever contre ce projet. “Ce résultat montre à quel point le débat a été escamoté. Seul recours des citoyens pour ouvrir un vrai débat public: le référendum.”

Le Collectif Gare rappelle qu’il a déposé un recours contre le projet de Pôle muséal auprès du Tribunal fédéral. Il se réserve également la possibilité de recourir lors de la phase de la mise à l’enquête. Le canton s’est engagé à attendre la décision des juges de Mon-Repos avant de débuter les travaux, mais le vote du Grand Conseil a un effet d’accélérateur pour la procédure référendaire qui a démarré avec la publication du décret dans la Feuille des avis officiels du 21 mars 2014.

Une aberration urbanistique à 200 millions de francs

Le Collectif Gare veut le référendum, poursuit le communiqué. “Son opposition au projet de Pôle muséal et à la construction du MCBA sur le site des anciennes halles aux locomotives est plus que jamais motivée par l’aberration urbanistique que constituent le déplacement et la construction de trois musées déjà existants sur un seul site stratégiquement inapproprié et risqué. La facture globale de ce projet s’élèvera à plus de 200 millions de francs, la majeure partie aux frais du contribuable, sans compter les frais d’exploitation qui atteindront plusieurs millions chaque année. Cette dépense est insensée si on la compare au projet Musée-Cité à la Riponne, un espace déjà dédié aux musées, qui coûterait quatre fois moins cher tout en permettant de ne pas délocaliser le Musée de l’Elysée et de sauver les halles. Inscrites au patrimoine en note 2, celles-ci seraient l’endroit idoine pour organiser des manifestations à caractère culturel ou populaire.”

12’000 signatures d’ici au 25 mai pour rompre l’omerta

Le Collectif Gare constate que, dans ce dossier, “le monde politique se tient coi. Une «omerta» a gagné les milieux culturels qui pensent avoir tout à perdre d’un soutien officiel aux opposants alors qu’en privé, ils affichent souvent leur incompréhension face au projet de Pôle muséal et à la désaffectation de la Riponne.” Aujourd’hui, poursuit le Collectif Gare, le seul recours qui reste aux citoyens pour avoir enfin un débat démocratique sur le plan vaudois est le référendum. 12’000 signatures sont nécessaires d’ici à la date butoir du 25 mai.

Le Collectif Gare lance un appel urgent à tous les Vaudois

Pour mettre en œuvre le référendum et surtout assurer “une campagne qui ne soit pas complètement disproportionnée”, le Collectif Gare a un urgent besoin de soutien citoyen, financier, associatif. “A tous les Vaudois qui estiment que le peuple doit se prononcer sur ce complexe pharaonique et ruineux”, il demande de l’appuyer dans sa démarche.

Créé en 2011, le Collectif Gare compte aujourd’hui près de 300 citoyens engagés – locataires, propriétaires, commerçants directement touchés par les démolitions prévues dans les quartiers de la Gare ou simplement soucieux du visage futur de Lausanne. C’est le cas notamment de la Méduse qui milite pour un urbanisme motivé par les besoins des citadins et non par la spéculation immobilière.

Tags: , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.