De l’urgence d’occidentaliser l’islam


Les derniers attentats meurtriers de Paris devraient nous faire réfléchir sur les rapports religieux liant l’Orient et l’Occident.

PAR MICHEL MORET

D’abord il convient de rappeler que le christianisme et le judaïsme accepté depuis la fin de la seconde guerre mondiale sont d’origine orientale. Du même terreau est né l’islam qui trimbale avec lui quelques archaïsmes (port du voile, piscine différenciée pour les deux sexes, nourriture halal). Le bon sens voudrait que l’on considère l’islam comme religion européenne comme les deux autres religions monothéistes si proches les unes des autres. Parfois le diable se cache dans les détails, mais le temps est venu d’être pragmatique. Indiscutablement, les cultes religieux s’imprègnent de l’atmosphère ambiante.

Pour preuve, j’ai assisté à la messe à Antioche et une autre fois à Bujumbura en Afrique et l’ambiance de ces cultes était bien différente de celle de nos contrées. Pourquoi les musulmans vivant en Occident n’adapteraient-ils par leurs pratiques religieuses à la vie occidentale sans renier le message spirituel de leur Prophète? Je sais que de nombreux musulmans se posent cette question et même des millions d’entre eux vivent déjà selon les mœurs occidentales. Kemal Atatürk né à Salonique avait une amie suisse qui a probablement joué un rôle dans ses prises de conscience. Sa proclamation de la laïcité était révolutionnaire, mais au fil du temps son crédo démocratique a été affaibli par des discours fondamentalistes venus d’Arabie Saoudite. Pourtant Atatürk avait le mérite de la clarté: «Qu’une fatwa ne puisse jamais contredire la raison, ni la science. Messieurs et citoyens! Sachez bien que la République turque ne peut-être le pays des Cheiks, des derviches, des disciples, des adeptes. Le chemin le plus droit est celui de la civilisation».

Ainsi parla le fondateur de la République turque qui fit adopter l’alphabet latin et refusa que la langue arabe soit ad aeternam la langue du Coran. Le droit de vote fut accordé aux femmes turques bien avant que les françaises et les suissesses en bénéficiassent. Donc rien n’est impossible. Mais l’Occident doit faire avancer les choses en reconnaissant que l’islam est autant européen que les autres religions. Il doit pour cela former des imams dans les universités occidentales et les rémunérer au même titre que le sont les pasteurs et les prêtres. Les aides matérielles d’Arabie saoudite et des pays du Golfe doivent être refusées. Actuellement les mariages mixtes entre musulmans se font de plus en plus nombreux et des passerelles doivent être trouvées pour harmoniser les rapports humains qui en découlent. L’Occident vit avec une maladie qu’il se doit de guérir: pour ne pas dire son rejet du musulman et un certain Orient doit rayer de son vocabulaire le mot infidèle, symbole de rejet et de bêtise.

LES PROBLEMES DES REFUGIES

Sans refaire l’historique des phénomènes des réfugiés, on peut applaudir la France voisine exsangue qui, en 1920 trouva la force d’accueillir 58.000 réfugiés arméniens au port de Marseille. On peut aussi applaudir Genève et le Pays de Vaud qui ouvrirent leurs bras à des milliers d’Huguenots. Comment ne pas s’émerveiller de la générosité de l’Europe occidentale qui accueillit en 1956 200.000 réfugiés hongrois. Douze mille d’entre eux furent reçus en Suisse avec des fleurs. Comment expliquer que l’on s’étonne que la riche Allemagne accueille aujourd’hui 70.000 Syriens? Des journalistes suisses et français traitent Madame Merkel d’irresponsable. Des Suisses ont lancé avec succès une initiative interdisant la construction de Mosquées. Il fallait y penser!

EFFETS DE LA MONDIALISATION

On a l’impression que le Moyen-Orient et l’Occident ont l’âme malade comme les animaux pestiférés de La Fontaine. Trop souvent nos élites médiatiques (idem pour les élites orientales) se complaisent dans ce climat délétère. Comment en est-on arrivé là? Peut-être que la mondialisation et les nouvelles technologies de communication ont modifié nos manières de vivre. Mais la peur doit être pourfendue sans cesse par la raison qui doit toujours être victorieuse sinon à quoi bon être un homme.

COMMENT CIRCONVENIR LA TERREUR?

Pour lutter contre le fléau qu’est le terrorisme, nos politiques peu imaginatifs font appel à l’armée et à ses funestes bombardements, et à un contrôle plus strict de nos frontières, soit. Mais on sait très bien que ces mesures extrêmes ne résoudront pas le problème du terrorisme encore moins le flux de réfugiés. Alors que faire? La réponse se trouve dans nos cœurs et dans nos têtes occidentales et orientales. Une certitude: la violence n’est pas une solution heureuse, ceci d’autant moins que nos sociétés sont d’une extrême vulnérabilité. Il est impossible d’empêcher un fou de tirer sur la foule. C’est une raison supplémentaire pour créer des conditions de dialogue propice à la concorde. Après les expériences atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki, de nombreux écrivains ont rendu attentifs les gouvernements et les populations que notre capacité de destruction était devenue quasi illimitée. Sans recourir au nucléaire, un ingénieur lausannois a découvert récemment qu’il pouvait à distance avec son ordinateur stopper un train, une voiture ou même bloquer un avion dans son envol jusqu’à 150 mètres d’altitude. Pour l’instant, seules les nations pourvues de l’arme nucléaire connaissent ce secret scientifique qui, bientôt n’en sera plus un, puisque n’importe quel hacker avisé pourra en découvrir la formule qui semble être d’une grande simplicité. Le temps est venu de faire roucouler les colombes et de taire les armes qui sont devenues autant dangereuses pour les tireurs que pour les tirés. Et rappelons-nous qu’en considérant son frère comme un ennemi, il finit par le devenir. Continuons de danser et d’espérer même si la musique du monde ne s’y prête pas.

Bonne Année !

L’auteur est le fondateur et le directeur des Editions de l’Aire.

Tags: , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.