Tribune libre – L’humanité entière souffre beaucoup plus des conséquences des mesures de protection prises contre le virus que de la maladie elle-même


Chers ami-e-s,

Le texte suivant peut se heurter à une résistance interne en partie due à une « opinion » unilatérale diffusée par les médias. Mais quiconque est capable d’accepter les points critiques au moins comme un « possible revers de médaille » pourra trouver plus d’orientation et de possibilités d’action grâce à ces lignes, en cette période de peur et de division.

Dans l’ombre de l’hystérie du Covid-19, le Conseil fédéral a adopté le 25 septembre 2020 deux lois qui restreignent massivement nos droits fondamentaux :

1. Une nouvelle loi de police de très grande portée, pour la protection contre les soi-disant « terroristes », en vertu de laquelle une personne se rebellant contre l’Etat peut être interceptée, fouillée et emprisonnée sans décision de justice, même dans le cas de mineurs.
2) La loi d’urgence, par laquelle le Conseil fédéral s’est vu accorder un droit de décision exclusif et très étendu par le Parlement, a été convertie en loi fédérale d’urgence. Les décisions concernant les masques obligatoires, la quarantaine, les interdictions de circuler et de se réunir (comme lors de manifestations culturelles et sportives), la fermeture des frontières, les vaccinations obligatoires pour groupes à risque etc. peuvent désormais être ordonnées par le Conseil fédéral sans contrôle parlementaire.

Les médias ne relatent que trop peu à propos de ces deux attaques insidieuses contre notre démocratie et le peuple souverain. S’ils le font, c’est de manière unilatérale, dans le sens du Conseil fédéral.
Référendums organisés contre ces deux lois :

1. contre la loi sur le « terrorisme » avec : « NON aux détentions arbitraires » par les jeunes vert libéraux, les Jeunes Socialistes, les jeunes vert-e-s, Parti Pirate, ainsi que d’autres organisations. Voir : https://terror-nein.ch/fr/ (avec les feuilles de signatures)
2. cinq organisations traitant du référendum contre la nouvelle loi d’urgence. L’initiative la plus « robuste » vient probablement des « Amis de la Constitution », qui ont déjà recueilli, avant le début officiel du 6 octobre, environ 30 000 promesses de signatures : https://referendum-droit-urgence.ch/ (avec feuilles de signatures)

Pour défendre nos droits fondamentaux, nous espérons que les groupes se soutiendront mutuellement dans la collecte de signatures. Nous avons besoin d’un signal fort pour remettre le gouvernement à sa place et pour inverser ce glissement silencieux vers une gouvernance fédérale totalitaire à peine dissimulée.

Les droits et les fonctions des parlements au niveau communal, cantonal et fédéral en tant que lieux de débat et de législation doivent être rétablis, y compris la codétermination par le biais de droits populaires démocratiques directs, ce qui est unique en Suisse. Si nous, en tant que pays modèle démocratique, ne réussissons pas; comment les autres nations, qui sont maintenant gouvernées de manière beaucoup plus dictatoriale, vont-elles se débrouiller ? Montrons l’exemple. Nous vous invitons donc à signer les deux référendums et aider à trouver d’autres partisans.

Dans l’ombre de l’hystérie du Covid19 se dessinent de grands changements. Nos possibilités de développement personnel et social risquent d’être grandement limitées.

L’humanité entière souffre beaucoup plus des conséquences des mesures de protection prises contre le virus que de la maladie elle-même. Il n’y a pas de rapport proportionnel entre les mesures et les risques réels.

Le marasme économique mondial provoqué par les mesures liées au coronavirus frappe particulièrement ceux qui travaillent dans le domaine de la culture et du divertissement, les clubs sportifs, les indépendants et les petites et moyennes entreprises. On s’attend à des taux de faillite à deux chiffres avec de graves conséquences sociales, dont de nombreux suicides. Dans le même temps, les ventes de nombreuses multinationales ont énormément augmenté. Google, Amazon, Apple et Facebook, par exemple, ont augmenté la valeur de leurs entreprises de 27 % en moyenne entre mars et juillet 2020. Le déclin économique attendu de « seulement » 6 % s’explique donc par les énormes profits pour les sociétés dans le monde digital, qui non seulement emploient comparativement beaucoup moins de personnes mais trouvent en général le moyen de ne payer que très peu d’impôts. Entre temps (18.3. à 18.10.20), la valeur de l’action de Google a augmenté de    100 % et celle d’Amazon de pas moins de 700 %. https://www.usine-digitale.fr/editorial/les-bons-resultats-trimestriels-des-gafa-confirment-leur-resilience-face-a-la-pandemie-de-covid-19.N990989  Le monde numérique célèbre l’avenir ! La vie sociale et culturelle, ainsi que l’économie réelle régionale sont en train d’étouffer.

Selon l’ONU, les conséquences des mesures prises dans le cadre du Covid19 vont plonger 150 millions d’enfants supplémentaires dans la pauvreté au cours de cette année. Cela signifie la mort de plusieurs milliers d’enfants chaque jour. En d’autres termes, plusieurs millions d’enfants supplémentaires meurent chaque année parce que leurs parents ne peuvent plus trouver de travail et donc, ne peuvent plus les nourrir. Ceci sans parler de la mort et du désespoir des adultes. Il y aura des millions de réfugiés de la faim. https://www.un.org/press/fr/2020/sgsm20113.doc.htm
Le monde semble ne tourner qu’autour de la « lutte contre le virus ». Même dans la sphère personnelle, la vie semble souvent se réduire à cet aspect. Pourquoi perdons-nous de vue la situation dans son ensemble ? Où est l’engagement en faveur du développement mondial de l’humanité et de l’environnement, comme convenu dans les 17 objectifs de durabilité des Nations Unies, adoptés par presque tous les États il y a six ans ? Quel avenir créons-nous pour nos enfants ? Notre individualisme économique et maintenant sanitaire accule une partie du monde dans ses besoins existentiels. Où est la solidarité ? Il s’agit des régions et des pays les plus pauvres dont le principal revenu est, ou était, par exemple, le tourisme. Comment vont-ils pouvoir payer leurs soins médicaux ? Au nom d’une illusion de sécurité temporaire disproportionnée par rapport au risque réel, nous accroissons la pauvreté parmi les pauvres !

En raison du nombre désormais croissant de tests PCR imprécis et très controversés, de plus en plus de personnes sont testées « positives » (appelées à tort « malades » ou « cas » !). Ces  nombres de « positifs » sont censés justifier les nombreuses restrictions, bien que presque tout le monde soit en bonne santé et que depuis le mois de mai, il y ait eu beaucoup moins de personnes malades ou décédées à cause de la grippe (y compris COVID 19) que les années précédentes. Néanmoins, plus de 32 000 « positifs » sont actuellement privés de leur liberté et sont mis en quarantaine sous la menace de lourdes peines. http://avisdexperts.ch/videos/view/12216/1

En automne, il est normal qu’il y ait plus de patients atteints de la grippe et il est donc normal que les hôpitaux soient plus fréquentés. Le taux d’occupation pourrait même être plus élevé cet automne/hiver, car la propagation naturelle de la maladie a été ralentie au cours des sept derniers mois. En outre, le port de masques, l’isolation, les tactiques de peur, etc. ont affaibli l’immunité de la population. Les restrictions supplémentaires décidées le 18.10.20 -en raison de l’augmentation des personnes testées « positives »- au travers d’un test PCR avec grands taux d’erreur, violent notre base juridique. Voir également le communiqué de presse des « Amis de la Constitution » : https://www.dropbox.com/sh/erksyri097veymj/AAD0TgnIuisIVgTEpYGLTQ8Xa?dl=0

Dans l’ombre de l’alarmisme illégal (article 258 du code pénal) des médias et du gouvernement, la population est en grande partie persuadée de la nécessité de la vaccination. Le fait que les nouveaux vaccins sont produits avec des protéines animales génétiquement manipulées pour modifier génétiquement, de manière permanente, le corps humain, est dissimulé. Ces cocktails de vaccination vont ensuite être introduits sur le marché de manière irresponsable dans le cadre d’une procédure complètement frauduleuse et accélérée https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2020/10/27/covid-vaccine-trials.aspx, alors que les vaccins classiques mettent normalement entre 5 à 10 ans avant d’être approuvés. Il est également insensé que ce vaccin soit utilisé contre le COVID 19, alors que celui-ci a eu son pic il y a de nombreux mois et qu’il est en constante mutation. Voir Prof. Astrid Stuckelberger : https://les-amis-de-la-constitution.ch/Actualites. Si quelqu’un veut se faire vacciner avec ce « cocktail », qu’il le fasse ! Mais pourquoi ceux qui ne le veulent pas, ou les enfants par exemple, devraient-ils être obligés de le faire par un gouvernement qui obéit docilement aux mesures dictées par des compagnies pharmaceutiques à la morale des plus douteuses ? https://www.who.int/about/planning-finance-and-accountability/how-who-is-fundedhttps://www.drugwatch.com/manufacturers/glaxosmithkline/

Il est mentionné dans la loi fédérale sur les épidémies : « Le Conseil fédéral peut déclarer obligatoire des vaccinations pour les groupes de population en danger, les personnes particulièrement exposées et les personnes exerçant certaines activités ». Les secteurs des soins de santé et de l’éducation, les femmes enceintes, les personnes âgées, le commerce de détail et la restauration, seront-ils obligés de se faire vacciner ? Serons-nous autorisés à traverser la frontière, à visiter les écoles, les universités, les hôpitaux et les maisons de retraite sans être vaccinés ? Pourquoi le gouvernement a-t-il déjà précommandé plus de quatre millions de doses de vaccin, avec l’argent de nos impôts ? Notre gouvernement et les médias travaillent-ils pour le peuple ou pour l’industrie pharmaceutique ? Le gouvernement veut même exempter l’industrie pharmaceutique  en cas de recours si des  dommages sont causés par le vaccin ! (L’OFSP cherche actuellement un « chef/cheffe de projet pour organiser la vaccination de la population dans le cadre du Covid-19 »!)

L’obligation de porter un masque est très controversée, surtout parmi les experts. Aucune étude sérieuse ne démontre un effet positif, d’autant plus que les trous dans les tissus sont cent fois plus grands que le virus, voir: – https://www.youtube.com/watch?v=ilgJOhydvVQ  – https://www.rcreader.com/commentary/masks-dont-work-covid-a-review-of-science-relevant-to-covide-19-social-policy?fbclid=IwAR2-k9Rofa0pvvvN-Knw8-fKqdzqbfmyUBvjMe2q1dt2nAgqR5D3slWe1Yw  – https://pages.rts.ch/emissions/abe/11568823-a-bon-entendeur.html#timeline-anchor-segment-11674819  Les masques sont des lieux de reproduction pour toutes sortes de bactéries et mettent en danger notre santé. La teneur en CO2 derrière le masque est de 10 000 ppm et plus! La teneur normale en CO2 dans l’atmosphère est de 400 ppm. Les pièces fermées doivent être ventilées à partir de 500 ppm et les réglementations en matière de santé et de sécurité au travail interdisent de travailler à des valeurs supérieures à 1000 ppm. Il n’est pas étonnant que de nombreuses personnes aient des maux de tête et des difficultés respiratoires à des valeurs supérieures à 10 000 ppm. https://www.youtube.com/watch?v=DcMXP0gi_DA.  Il est notamment admis que les capacités de réflexion sont également réduites. Aujourd’hui, de plus en plus d’enfants sont obligés de porter le masque. Les effets psychologiques ne seront probablement visibles qu’à l’avenir. En Allemagne, quelques enfants sont morts récemment en portant le masque. Pourquoi ?

Le notaire et avocat Dr. Jur. Heinz Raschein, de 7412 Scharans, a rédigé un certificat factuel et juridique, qui dispense tout citoyen de l’obligation de porter un masque. Ce certificat contient la base juridique, qui énumère les contraintes illégales liées au port du masque et peut être présenté lorsque le port du masque est demandé. Voir annexe.

L’affirmation des médias et du gouvernement selon laquelle les mesures strictes permettront de maîtriser la soi-disant pandémie n’a pas été prouvée jusqu’à présent, car elle est simplement fausse. Des pays comme la Suède, la Biélorussie et la Corée du Sud ont réussi à s’en sortir sans mesures coercitives et l’immunité de la population y est désormais plus forte qu’ici.

De nombreuses personnes, en particulier les personnes âgées, se sentent isolées et laissées seules. Les médecins signalent de plus en plus souvent des risques d’anxiété, de dépression et de suicide. https://gbdeclaration.org/la-declaration-de-great-barrington/

Les protestations de plusieurs milliers de personnes, de médecins (100 000 médecins, https://docs4opendebate.be/fr/initiatives-de-medecins/), de scientifiques, de juristes (lien aux actions collectives conjointes https://www.village-justice.com/articles/actions-justice-liees-covid-renouveau-des-actions-collectives-conjointes,35631.html), d’économistes et d’enseignants restent souvent ignorées, ou si elles se font entendre, ces personnes/experts sont souvent discrédités en tant que « négationnistes et théoriciens du complot » et poussés dans un coin d’extrême droite. Bien souvent, ils sont même menacés de licenciement.

Un débat public sérieux sur toutes les questions entourant le covid est supprimé ou ceux qui pensent différemment sont dénoncés à l’avance. En conséquence, la peur d’ouvrir la bouche est très répandue. La tendance à la division, même au sein des familles, est alimentée par des rapports et des autorités unilatérales. Les nouvelles restrictions de nos droits fondamentaux par le gouvernement augmentent le mécontentement et conduisent ainsi à une plus grande division sociale.

Il semblerait que le gouvernement et les médias soient aujourd’hui très préoccupés par notre santé, mais leurs propos alarmistes, leur manque de rigueur scientifique, les réglementations sur la distance sociale, l’isolement, les masques obligatoires, les restrictions sur les voyages et les vacances, les mécanismes de fractionnement, les restrictions sur les événements sociaux, sportifs et culturels, les contrôles, les menaces de vaccination et l’affaiblissement des bases de notre vie professionnelle affaiblissent énormément notre force mentale, spirituelle et physique et donc notre système immunitaire.

Il est à espérer que de plus en plus de citoyens se rendent compte aujourd’hui que les médias économiques et gouvernementaux non seulement manipulent le peuple souverain par des reportages unilatéraux ou des propos alarmistes, mais incitent également nos hommes politiques à agir, qui avec un peu plus de recul, le regretteront amèrement un jour. Un mensonge entendu cent fois, par exemple sur le besoin urgent d’un masque, devient une vérité absolue pour la plupart des gens. Par contre, une opposition objective et scientifique par plus de 42 études officielles, est tue, voire combattue et éhontément par ces médias. Cela entraine une conception complètement biaisée et erronée dans une large partie de la population.

Même la RTS, pour laquelle nous sommes obligés de payer des redevances de radio et de télévision, n’est pas neutre. Elle participe à la propagande de la peur face au covid tout comme les autres grands médias. La RTS a même réussi à fermer le site d’information sérieux www.corona-transition.org pour ses employés. La direction de la RTS semble craindre que les employés de la RTS aient la tentation d’étendre leurs connaissances et devenir critiques. Ainsi, le château de cartes construit sur l’unilatéralisme ne s’effondrera pas ! De plus en plus de pages d’information et de vidéos, souvent même des comptes rendus, sont effacés des réseaux jour après jour. Nos adresses postales pourraient nous être utiles dans le futur! Où est donc la liberté d’opinion et de la presse, protégée par nos droits fondamentaux ?

Le système de croissance néo-libéral avec ses bulles spéculatives, dont les médias et les politiciens font quotidiennement l’éloge et qui est supposé être sans alternative, est devenu de plus en plus dangereux depuis les années 1980 avec la levée des réglementations bancaires. Cette « ouverture de la boîte de Pandore » est comme la réaction en chaîne de la fusion d’une centrale nucléaire, qui a échappé à tout contrôle. Les gouvernements continuent d’alimenter cette bulle spéculative avec de plus en plus de milliards de soi-disant « fonds de sauvetage » (ces milliards ne transitent par l’économie réelle que pendant une très courte période, voire pas du tout). Avant que la bulle n’éclate, les super-riches achètent maintenant beaucoup plus de terres, de voies de circulation, de droits d’eau, d’entreprises, d’hôpitaux, d’établissements d’enseignement, etc. Avec ce système économique néo-libéral, devenu indépendant, avec des serviteurs dans les médias, la politique, les autorités, l’éducation et les restrictions massives de nos droits fondamentaux, notre démocratie a dégénéré en une farce où les pertes des banques et multinationales sont « socialisées » mais leurs bénéfices éventuels restent privés ! En fait, nous devrions plus parler d’une « dictature du virus néolibéral ».

Nos gouvernements sont conscients de l’effondrement économique, démocratique, social et écologique, mais ne préparent aucun « plan B » avec la population ! « Les yeux fermés » dans l’espoir que tout redevienne comme avant ! N’est-ce pas une stratégie pour et par des moutons ?

En arrière-plan, l’élite financière travaille déjà à une « réinitialisation » («the great reset» https://www.youtube.com/watch?v=lQ9cJqxYWcE) avec un nouvel argent et des structures de pouvoir. Que restera-t-il de nos pensions, nos économies, notre démocratie, la nature et notre vie socioculturelle ? Le « forum économique mondial » de Davos parle officiellement de cette « remise à zéro ».

A travers de nombreuses vidéos, ils veulent nous convaincre qu’ils veulent défendre l’humanité et la nature tout entière par cette « réinitialisation » et des technologies numériques et génétiques des plus récentes.

Que pouvons-nous faire aujourd’hui dans cette situation dangereuse, malgré toute la résistance, la paralysie et la torpeur de nos politiciens et concitoyens ? Voici quelques suggestions !

1.) Plaçons maintenant consciemment le développement des personnes au centre de notre esprit et de nos activités. L’économie, l’argent, la numérisation et la technologie doivent être au service de l’homme et de la nature et non l’inverse.
2.) Cessons de nous disputer et de nous diviser. Informons amicalement chaque jour au moins un de nos semblables et développons des perspectives d’avenir.
3.) Défendons nos droits fondamentaux et soutenons les référendums.
4.) Ne faisons plus confiance aux médias pour nous informer de manière impartiale, mais réapprenons à penser par nous-même. Pour ce faire, orientons-nous vers la nature et les expériences personnelles, par exemple : Combien de patients souffrants du Covid19 est-ce que je connais personnellement ? Combien de changements dommageables ai-je personnellement remarqué au cours des derniers mois ? Restons réservé envers les « opinions », car elles sont pour la plupart directement ou indirectement contrôlées par les médias et n’ont que peu de fondement réel.
5.) Construisons de nouvelles structures de vie qui assurent notre avenir à tous.
6.) Construisons des communautés solidaires et responsables, qui sont liées à des agriculteurs écologiquement et socialement ouverts.
7.) Créons des cercles d’étude et d’éducation pour de nouvelles façons de penser et de vivre.
8.) Libérons les enfants (et nous-mêmes) des prisons éducatives numériques et intellectuelles à sens unique !
9.) Retirons l’argent des banques spéculatives et mettons-le dans des projets qui assurent notre avenir. Car dès demain, il pourrait y avoir un krach financier et la sécurité apparente pourrait disparaître !
10.) Nous sommes des êtres psychiques et spirituels qui peuvent s’élever vers des mondes supérieurs grâce à notre proximité avec la nature et à des méditations spécifiques. Nous pouvons ainsi développer nos pouvoirs d’imagination, d’inspiration et d’intuition et les utiliser de manière très pratique pour nos activités afin de surmonter les énormes défis.

Vous trouverez d’autres suggestions dans l’essai de Uwe Burka: « Comment se sortir du piège de la croissance? » et dans le livre « Tout le monde peut contribuer à façonner l’avenir », (également avec les nouveaux développements économiques et sociaux) : www.aktivZUKUNFTsichern.com

Merci de transmettre cette lettre aux personnes intéressées !

Isabelle Goumaz Burka et Uwe Burka, Puidoux

Tags: , , , , , , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.