Tribune libre – La chute de la démocratie suisse


Ainsi, c’est fait : une majorité de citoyens a émergé d’un vote par lequel elle s’est senti le droit de ravaler la minorité au rang des parias, des mauvais, des inférieurs, de ceux que l’on écrase du talon, dont on plonge le visage dans la boue. Et ces « bons citoyens », ces «gens de bien», ces «justes» sont fiers de se dire qu’ils ont «fait leur devoir», qu’ils figurent plus que jamais parmi les auto-satisfaits parce qu’ils peuvent avoir «bonne conscience».

Personnellement, j’aurais honte d’avoir, d’une simple croix sur un bulletin, fait œuvre non pas de justicier mais de délateur en puissance, de juge qui, sans entendre sa victime, fait tomber sur elle le couperet de la guillotine sociale, politique, financière, médicale. Le pire est que ces mêmes juges de pacotille se regarderont dans leur miroir un sourire mièvre et condescendant sur les lèvres. Le peuple suisse se réveillera demain matin avec la gueule de bois. Les uns parce qu’ils sauront qu’ils peuvent dorénavant être jetés dans les cachots de la Berne fédérale, les autres parce qu’ils comprendront peut-être enfin qu’ils ont ouvert la boîte de Pandore.

En effet, le gouvernement totalitaire fédéral est à présent autorisé à suivre le délire autrichien, lequel prévoit, dès le mois de février prochain, des amendes astronomiques infligées à quiconque refusera l’injection de l’inquiétante thérapie génique appelée faussement « vaccin ». Ceux qui pourront se permettre financièrement de résister finiront dans les geôles. Le jour viendra, n’en doutons pas, où ce sera tenus par des gendarmes qu’ils verront s’approcher un personnage armé d’une seringue. On leur retroussera une manche, on humectera à l’aide d’un tampon leur bras, puis l’on fera pénétrer l’aiguille par laquelle coulera le liquide à la composition inconnue mais dont on sait d’ores et déjà qu’il rend souvent gravement malade, que parfois il tue, mais que sa destination finale est d’enchaîner les «inutiles» à un rocher, dans l’enfer de la Grande Réinitialisation davosienne.

Les 61 % qui auront voté oui, au déroulement de ce qui précède se sentiront-ils toujours bonne conscience? Rien n’est moins sûr. Ceux qui réaliseront tout à coup qu’ils auront été les complices d’un forfait encore inédit dans les annales des démocraties, sans doute, ou du moins peut-être. Mais les autres, les idiots utiles, les jaloux, les filant-doux que toute résistance au discours officiel met en rage ?

Adieu à la Suisse, modèle des démocraties. Salut à la Suisse totalitaire, celle qui ferait rougir de honte et de colère nos pères, eux qui ont lutté pour nous offrir un pays comme il y en avait peu et qu’en dépit des difficultés de la vie, on pouvait être fier d’habiter. Belle réussite que le vote du 28 novembre : entre voisins, entre membres d’une même famille, entre collègues se sont installées la défiance, la mésentente, souvent la haine, et en ce qui me concerne – mais ce sera probablement largement partagé – le mépris.

Ce succès des cénacles mondialistes, des oligarchies globales, appuyés par un gouvernement et un parlement qui ont trahi le peuple, les 61 % en souffriront également tôt ou tard. Ils n’auront alors de moi nul pardon, nulle pitié à attendre.

Dr Michel Bugnon-Mordant, Fribourg

Tags: , , , , , ,

11 Responses to “Tribune libre – La chute de la démocratie suisse”

  1. Baumann, Bertrand 29 novembre 2021 at 10:34 #

    J’ai voté contre cette loi-covid 19.

    Ceci dit, je trouve votre ton exagéré, vos idées à la limite du délire de persécution.
    Comme a dit Talleyrand : « Tout ce qui est excessif est insignifiant. »
    Prenez garde que votre attitude ne nuise à votre thèse.

    • Yannick Le Houelleur 29 novembre 2021 at 13:36 #

      Je n’habite pas en Suisse, bien que né dans ce pays. Hélas, les médias, en France, ne s’intéressent que peu à ce qui se passe dans « votre », « notre pays ».
      L’article de M. Bugnon n’a rien de farfelu ou exagéré et il montre bien qu’en peu de temps nous sommes passés d’un monde laxiste à un monde autoritaire. Partout, les contre pouvoirs s’épuisent, ou se fragmentent, ce qui donne davantage de liberté à nos dirigeants pour mettre en péril la démocratie. Mais il est dans l’intérêt même de nos politiciens, où qu’ils soient, de voir se déliter cette démocratie, alors je les soupçonne de donner un coup de pouce à certains mouvements qui achèvent d’ébranler les idéologies jusqu’à ce jour en scène, et la « cancel culture » est pain béni pour nos élites au pouvoir.
      Heureusement qu’il subsiste des citoyens de cette veine, qui ne s’aplatissent pas devant le pouvoir mais qui essaient d’éveiller ce qui reste de citoyenneté dans notre société. Ce qui me choque le plus est de constater que les premières doses de vaccin anti-Covid administrées il y a quelques mois ont « une durée » de vie bien inférieure à ce qui avait été prévu. Comment interpréter cette étrangeté ? Les labos ont-ils procédé volontairement ainsi, de manière à ce que le « bon peuple » soit obligé de se faire piquer à plusieurs reprises, au frais du contribuable ?
      L’auteur de la Tribune libre n’a aucun souci à se faire : le pouvoir ne respecte, en définitive, que ceux qui s’expriment clairement et s’opposent à lui intelligemment. Les autres, à savoir les écrivaillons cirant les maroquins des puissants, verront quant à eux leur parole étouffée peu à peu…

  2. Philippe Zutter 29 novembre 2021 at 11:09 #

    Bref, aux yeux du Dr Bugnon-Mordant, la Suisse après la votation sur la Loi Covid ressemble à s’y méprendre à la Corée du Nord !!!

    • BUGNON-MORDANT 30 novembre 2021 at 20:54 #

      Cher Monsieur, je pense que d’ici quelques années, vous aurez changé d’avis. Voilà plus de 25 ans que j’entends dire que j’exagère dans mes appréciations : elles se sont toutes avérées exactes.

    • BUGNON-MORDANT 30 novembre 2021 at 20:57 #

      D’abord la Corée du Nord n’est pas tout à fait ce que la propagande occidentale en dit. Ensuite, le temps se chargera de faire comprendre aux sceptiques que nous allons entrer dans une zone de tempête qui ouvrira les yeux de beaucoup.

  3. Schindler 30 novembre 2021 at 23:29 #

    Quand je vous lis, Docteur, j’envie vos certitudes en béton : tout ce que vous avez prévu s’est avéré exact ! Vous êtes le prophète qui nous guidera « dans une zone de tempête ». Vos excès de langage ne vous empêchent pas de croire en vous. Comme le chantait Brassens : « tous derrière, et lui devant ».

  4. Pierre Santschi 1 décembre 2021 at 10:07 #

    Le ton est à l’image de l’indignation légitime de l’auteur. Faut-il s’arrêter au doigt qui désigne la lune (voir le proverbe chinois), vu cette légitimité?
    Légitime? Oh! Oui, car malgré le contenu du bulletin de vote qui ne parlait pas du pass-Covid, le CF utilise le oui aux autres mesures pour l’extrapoler et détruire le plus possible la Suisse (ou ce que les gens croyaient qu’elle était). Preuve en est l’infamie décidée le 30 novembre qu’est le maintien et pire, l’extension, du criminel pass-Covid et de sa nocivité sociale et sanitaire (semer la zizanie pour régner et donc détériorer le psychisme des gens) et personnelle (fausse sécurité, le port d’un chiffon de papier ne protège en rien et ne prouve aucunement que son porteur ne transmet pas le Covid). Et tout ceci sans oublier que les contenus des injections sont toujours incontrôlés scientifiquement. Et que dire de l’utilisation sans mesure par le CF, à propos de n’importe quel évènement lié au Covid, d’adjectifs ou de tournures de phrases destinés à terroriser pour mieux assujettir la population?
    C’est là-dessus que joue l’appareil d’Etat, ce qui lui a fait trouver, dans la votation sur la loi-Covid, l’appui de 2,2 millions de victimes de la peur, de la naïveté, de l’ignorance, mais hélas aussi d’amoureux du régime du « 1984 » d’Orwell et de la corruption (opacité des dons directs et indirects aux partis gouvernementaux).
    Mais heureusement, vu cette composition des votants, les 1.3 millions qui ont réfléchi s’engageront, et le moutonnisme aura de moins en moins envie de rester ou de devenir l’esclave des semeurs de maladie et de zizanie qui infestent l’appareil d’Etat et son sommet…

    • BUGNON-MORDANT 1 décembre 2021 at 17:10 #

      Votre lucidité me rassure, ainsi que celle de monsieur Le Houelleur. Nous avons été battus parce que la vérité n’est pas connue. Ainsi, sait-on que des milliers de tests ont été effectués en France et que seuls 3 % étaient positifs ? Cela signifie que 97 % de la population n’ont pas été touchés par ce variant soit-disant si terrible. Pourquoi les médias principaux, dont La Liberté à Fribourg, n’en parlent-ils pas? Bêtise? Aveuglement? Conformisme? Peur? Complicité?

  5. Lecerf Christian 1 décembre 2021 at 12:01 #

    Des arguments rationnels ne peuvent rien face à des croyances irrationnelles (Irène Herrmann)

    • Fabienne Chapuis 2 décembre 2021 at 21:51 #

      Très juste, on ne peut rien contre la croyance; la majorité des gens ne sait rien car elle ne s’informe pas; elle y croit et surtout, elle a peur; idem pour le climat dont la peur est perpétuellement entretenue.

  6. Chapuis 2 décembre 2021 at 21:39 #

    Vous avez entièrement raison, la démocratie c’est le passé. L’avenir c’est les spécialistes qui décideront et le peuple devra se taire et obéir. Les moyens de contrôle sont immenses et vont être développés de plus en plus. Où que vous soyez, vous ne pourrez échapper. Le pire est devant nous. Nous avons changé de paradigme pour entrer dans une période très noire, bien pire que 1984. Mario Draghi à la tête de l’Italie… personne ne dit rien ! Les marchands ont pris le pouvoir et pour le moment, il n’y a personne pour les faire sortir du temple. Courage

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.