Tribune libre – L’urgence alimentaire est un concept à double tranchant, elle peut nous mettre en marche comme elle peut nous faire reculer


Ce lecteur réagit à la proposition de l’UDC de déclarer « l’urgence alimentaire » au moment où la guerre en Ukraine fait peser des menaces sur l’approvisionnement en denrées agricoles.

L’urgence est à double tranchant : elle peut nous mettre en marche comme elle peut nous faire reculer. Les mouvements conservateurs l’ont bien compris et vont s’en donner à cœur-joie. C’est un moment très critique.

Labourer et supprimer les zones de compensation écologique, supprimer les limites de température des rejets de chaleur dans l’environnement, exploiter du gaz fossile en Suisse; autant d’angles d’attaques pour accélérer le retour au monde d’avant.

L’immense problématique de notre impréparation actuelle est que nous allons être touchés d’un coup de massue par l’atteinte des limites planétaires avec pour conséquences: augmentation des prix, baisse de la qualité de vie, augmentation de la grande pauvreté, etc… Or, pour sortir de l’ornière, il faudra le travail acharné d’une ou deux générations et des modifications considérables de nos modes de vie (fini Easyjet, fini la bagnole à essence, fini Wish, fini la fast fashion,…). L’effort à fournir est colossal et les avantages visibles n’arriveront que dans bien longtemps.

La génération de mes parents aura tiré tous les bénéfices de ce système sans en payer le prix, ni les conséquences. La génération de mon fils en aura tous les inconvénients, devra travailler dur pour le changer et en verra les conséquences positives qu’en fin de vie professionnelle.

La tentation dès lors de jeter l’éponge et de dire « après-moi le déluge » sera horriblement forte. Mais à chaque fois que renonçons, nous nous condamnons à un avenir de plus en plus compliqué.

L’exemple de la zone de compensation écologique agricole est un exemple parfait. Ceux qui constituent ces zones doivent se restreindre tout de suite. Mais ces zones apportent une reconstitution de la biodiversité qui offre de multiples services écosystémiques (eau, équilibre biologique, auxiliaires agricoles,…). Après 5-10 ans tout le monde en profite. (Et c’est très beau).

Labourer une telle zone permet(trait) une production immédiate à court terme, mais tout le monde pâtit(rait) des conséquences environnementales à long terme.

La tentation du court terme et de l’égoïsme ne sera jamais aussi forte qu’en période de crise et de pénurie. Il faudra donc qu’on soit collectivement beaucoup plus sérieux dans la compréhension des enjeux pour s’opposer à ces idées et préserver la qualité de vie collective.

Marc Muller, Fondateur de la société IMPACT LIVING et co-fondateur de NOUS PRODUCTION

Dérégulation agricole: L’UDC veut déclarer «l’urgence alimentaire»

Tags: , , , ,

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.