3, ça commence à piquer


«Vous avez réservé? C’est pour le menu ou pour la carte?» A peine avons-nous franchi le seuil de la porte d’entrée, la patronne du restaurant chinois nous alpague. 

PAR ONCLE PHIL

Le visage impassible, elle nous observe d’en-bas. «Ben euuuuh non… j’sais pas euh on veut voir c’qu’y a…» lui réponds-je un peu destabilisé par cet accueil si abrupt. Elle jette un oeil dans la salle pour vérifier s’il reste bien une dizaine de places disponibles, revient rapidement, arrache nos manteaux qu’elle flanque sur la penderie, et elle nous indique gentiment la table en passant devant l’aquarium où scintillent cinq énormes poissons moustachus. La décoration n’est pas trop chargée, mais assez kitsch, comme il se doit. Le même CD de musique asiatique minimaliste passe en boucle. Sauterait-il de temps en temps? La patronne est efficace. Elle connaît les lieux mieux que sa poche et ne fait jamais un trajet dans le vide: table 7, une commande; table 12 (à côté de la 7), débarrasser les quatre assiettes et trois bols; en passant devant le bar, lancer la commande des apéritifs de la table 2. Son visage est lisse et constant. Toujours.

A l’instar des médecins qui tentent de décrypter les douleurs de leurs patients sur une échelle de 0 à 10, la patronne s’enquiert du degré de piquant que le client souhaite avoir dans son assiette, mesurant l’amplitude du piment de 0 à 12 en précisant que «3, ça commence à piquer. 12, c’est très très très piquant!» Elle esquisse un premier sourire après cet énoncé. Peu adepte de sensations fortes, j’opte pour un 2, ce qui élargit encore un peu plus le sympathique sourire de la tenancière. Mon amie, plus téméraire que moi, réclame un 4. Nous allons pouvoir ainsi analyser la rectitude de l’échelle du piment.

La patronne ne s’y était pas trompée: le 2 appelait délicatement le piquant et le 4 commençait à piquer faisant même subtilement chauffer les lèvres. Son échelle à 12 degrés est maîtrisée. Aucun doute, c’est une experte!

Soudain, des cris retentissent deux tables plus loin. Quatre hommes arborant de resplendissants costumes bleus affichent des mines pourpres. Ils tirent vigoureusement sur le noeud de leur cravate pour se libérer de leur suffocation. La patronne passe à côté de nous à ce moment-là, les mains pleines d’assiettes et de bols. Elle nous glisse d’un air dépité : «Ah! Ces banquiers! Je les avais pourtant prévenus que 12, c’est très très très piquant! Mais c’est toujours pareil, ils ne veulent jamais m’écouter!»

onclephil.ch

Tags: , ,

2 Responses to “3, ça commence à piquer”

  1. Pierre-Henri Heizmann 5 avril 2015 at 08:28 #

    Voilà un facétieux article qui en ce dimanche de Pâques biseux me réjouit l’esprit!
    Joyeuses Pâques à tous et toutes, à La Méduse et aux patronnes de resto chinois!

  2. Le passant ordinaire 5 avril 2015 at 09:00 #

    Je ne mets plus jamais les pieds dans un restaurant asiatique. En ce jour de Pâques je rejoindrais avec ma famille et mes cousins un restaurant bien de chez nous qui nous servira soit du cabri, soit de l’agneau apprêté à l’ail des ours,

    Bien ne vaut notre cuisine helvétique si riche en spécialités locales,

    Bon appétit vous souhaite un banquier à la retraite.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.