Poste suisse, le crève-cœur de Numa


Buraliste postal au Petit-Lancy entre les deux guerres, mon grand-père Numa dut quitter feu les PTT en 1943, avant l’âge de la retraite.

PAR CHRISTIAN CAMPICHE

C’en fut un crève-cœur pour lui. Que dirait-il aujourd’hui du démantèlement de la Poste?

La régie – convient-il de l’appeler encore ainsi? – prévoit la suppression de centaines d’offices au cours des cinq prochaines années, poursuivant une restructuration qui ramènera son réseau à la portion congrue. La population s’en émeut à juste titre, les courriers des lecteurs s’embrasent. La clientèle traditionnelle mais aussi des anciens employés s’insurgent contre la course aux marges bénéficiaires qui dénature la mission de la Poste. Une notion tellement au coeur du débat qu’il a fallu reporter l’annonce de la restructuration pour ne pas influencer négativement le peuple lors de la votation sur le service public, affirment les mauvaises langues.

Le géant jaune dément, bien sûr, mais ne peut pas nier l’intégration dans ses scénarios des schémas classiques de la privatisation avec leur cortège d’économies menées au pas de charge. Une tendance que l’arrivée de Suzanne Ruoff à la tête de la Poste n’a pas inversée. En 2011, le syndicat du secteur avait pourtant salué une première, la nomination d’une femme à la direction générale. Manifestement l’intéressée n’a pas oublié qu’elle a d’abord été formée chez IBM puis British Telecom, deux multinationales peu renommées pour leur altruisme. Et puis au conseil d’administration de la Poste, plusieurs personnes sont très proches des milieux de la finance.

Le bon vieux timbre appartiendra-t-il bientôt uniquement au monde des collectionneurs? A l’heure du courrier et des paiements électroniques, la Poste invoque le changement des habitudes pour justifier sa cure d’amaigrissement. Ce faisant elle oublie qu’elle a aussi un rôle à jouer contre la déshumanisation rampante. On peut d’ailleurs se demander dans quelle mesure l’évolution avancée par les responsables du géant jaune pour justifier la restructuration ne relève pas d’un conditionnement. En quoi le fait de trouver Harry Potter à la Poste avance-t-il l’usager?

GHI

Tags: , , , , ,

One Response to “Poste suisse, le crève-cœur de Numa”

  1. Martin de Waziers 10 novembre 2016 at 06:02 #

    Cher Christian,
    Si je ne peux qu’abonder dans ton sens, je dois rebondir sur le terme de déshumanisation que tu utilises à juste titre. En tant qu’expert de la relation humaine, nous souffrons aujourd’hui de la rupture du lien social, base reconnue du bonheur individuel (étude de Harvard sur 75 ans).
    Or, la Poste comme le petit café de quartier sont des lieux de connivence qui nous évitent cet isolement du virtuel. Si l’on ne peut nier le progrès, il faut trouver l’équilibre et cet équilibre passe par le maintien de lieux de convivialité au niveau local, non pas de globalisation forcée au niveau national ou international…
    D’ailleurs, on dit bien que l’élection de Donald Trump est un message très fort contre cette globalisation, à tout va, que nous vivons depuis 30 ans! Il est grand temps de remettre l’humain au centre, et pas seulement dans les discours!
    Martin

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.