L’heure de Stiglitz?


Le départ sans gloire de Paul Wolfowitz marque une déconvenue de plus pour George Bush qui aura milité jusqu’au bout en faveur de son protégé, le prédateur musclé qui l’avait convaincu de jouer aux va-t-en-guerre en Afghanistan et en Irak.

Lors de sa nomination, il y a deux ans, Wolfowitz ne s’attendait certainement pas à une fin de carrière aussi infamante. A l’époque, de nombreux commentateurs comparaient sa trajectoire à celle d’un autre faucon américain, Robert McNamara. Ce secrétaire d’Etat à la Défense muté au plus fort de l’enlisement au Vietnam avait fort bien réussi sa reconversion à la tête de la Banque mondiale. Mais il possédait manifestement une qualité qui manquait au poulain de Bush: le doigté.
En faisant du combat contre la corruption son cheval de bataille, «Wolfie» avait présumé de ses forces. Il croyait sans doute qu’il parviendrait à ses fins en usant de l’artillerie lourde, comme au bon vieux temps du Pentagone. Sa condescendance arrogante et son manichéisme dans la manière de gérer l’aide aux pays soumis à des régimes dictatoriaux lui avaient valu de profondes antipathies en Afrique.

Wolfowitz au rancart, se pose la question de sa succession. La Banque mondiale est par tradition une chasse gardée de Washington qui en a fait un instrument essentiel de ses ambitions hégémoniques. Mais des voix s’élèvent ici et là pour affirmer que cette période est révolue. Ainsi le Nobel de l’économie américain Joseph Stiglitz va jusqu’à faire du Britannique Tony Blair son favori. Sans dire s’il est lui-même candidat à la succession de Wolfowitz…

Car aux yeux de beaucoup, Stiglitz serait l’homme idéal. Ex-conseiller de Clinton, ce keynésien adepte du soutien de l’Etat aux PME connaît parfaitement les rouages de la Banque mondiale pour y avoir travaillé plusieurs années. En plus, il a une sensibilité tiers-mondiste qui ne serait pas pour déplaire à plus d’un continent.

Commentaire paru dans “La Liberté” du 19 mai 2007

Tags: , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.