“L’Agefi” à l’homme qui surfe sur les krachs*


Ainsi donc, c’est Alain Duménil, 59 ans, qui présidera aux destinées de «L’Agefi». L’homme d’affaires français domicilié à Crans-Montana est une vieille connaissance des pages économiques des journaux. Le genre de personnage que l’on perd de vue et qui réapparaît au moment où on l’attend le moins.
Il fait ainsi déjà parler de lui lors du krach de 1987. Après avoir introduit en bourse Duménil-Leblé, la banque familiale, il la cède à bon prix à l’entrepreneur italien Carlo de Benedetti, qui la traînera comme un boulet pendant une décennie. Puis Duménil se constitue à moindre frais un empire immobilier en surfant sur les ruines laissées par les promoteurs déchus des années 90.
Editeur et romancier
Sa trace, on la retrouve au début des années 2000. Parallèlement à une activité d’éditeur et de romancier, Duménil investit dans l’aéronautique et le luxe. Après une tentative avortée de reprendre l’ex-filiale de Swissair, Air Littoral, il rachète les marques Jean-Louis Scherrer, Francesco Smalto et Stéphane Kilian, un chausseur qui entache sa réputation de philanthrope de la finance. En 2005, il liquide l’entreprise, laissant sur le carreau ses 143 salariés.
Une procédure judiciaire est ouverte en France pour détournement d’actifs et faux dans les titres. Mais elle n’aboutit pas à une condamnation. L’intéressé s’en explique dans «L’Agefi» du 4 février 2009: «J’ai été acquitté récemment. La Cour d’appel de Grenoble vient de remettre son jugement déclarant ladite société «in bonis», ce qui veut dire qu’elle ne doit rien à personne. Cette décision fait tomber toutes les accusations dont nous avons affirmé depuis le début qu’elles ne tenaient pas.»
Nouveau réd’ en chef
A Lausanne on a eu chaud. Le journal était en vente depuis plus d’une année. Au cours des derniers mois, plusieurs noms d’acheteurs potentiels ont été cités, dont le moins pittoresque n’est pas celui du banquier genevois Bénédict Hentsch, l’administrateur déchu de Swissair. Cette rumeur tenace, soit dit en passant, a été démentie avec tout autant d’insistance par l’ancien propriétaire, le groupe de cliniques Genolier.
Très logiquement, on a aussi évoqué l’intérêt des géants Edipresse et Hersant. Le rachat par Alain Duménil de 51% du capital de «L’Agefi» lève donc une lourde hypothèque pour les employés, une cinquantaine de personnes dont une majorité de journalistes qui s’attendaient à tout, même à un démantèlement du groupe. Gage de cette confiance retrouvée: la nomination à la rédaction en chef de François Schaller, un journaliste économique chevronné qui passe du même coup de l’autre côté de la barrière en prenant également la casquette d’administrateur délégué.
Encore des efforts à faire
«L’Agefi» est-il pourtant entièrement tiré d’affaire? La nouvelle direction reste très vague quant aux mesures qui seront prises dans un quotidien qui avait connu une première cure de jouvence il y a quelques années, lors du passage à un graphisme pour le moins réussi, donnant au titre une apparence de «Financial Times» helvétique.
Mais s’il veut être de taille pour concurrencer «Le Temps» dont le cahier économique est un journal à lui tout seul, «L’Agefi» devra consentir de nouveaux investissements. Or rien ne dit pour l’heure que M. Duménil veuille rallonger la donne en dépit de son option sur le capital restant.
Certes, l’entrepreneur est considéré comme l’une plus grosses fortunes de France, et il n’a pas dû se ruiner en déboursant 5 millions – qui n’en constituent pas moins un prix très honnête, assurent les spécialistes – pour prendre la moitié du capital, d’autant que l’homme a su parfaitement tirer son épingle du jeu en anticipant le krach, à en croire son bras droit Michel Rethoret. Reste que la conjoncture n’est pas favorable aux entreprises de presse en proie à une crise publicitaire sans précédent. Hier M. Rethoret a été clair: «L’Agefi» ne sera pas notre danseuse…»
*”La Liberté” du 5 février 2009

Tags: , , , , , , , , ,

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.