Ni tout noir ni tout blanc


PAR CHRISTIAN CAMPICHE

Entre 120. 000 et 150.000 personnes, l’équivalent de Lausanne, telle est la population de la minorité hongroise en Ukraine. Une communauté dont l’Europe devrait se préoccuper mais dont personne ne parle, et pour cause. Depuis 2014 et les événements du Maïdan, les deux gouvernements qui se sont succédés à Kiev ont viré vers un nationalisme oppressant non seulement pour les Russes – 17% de la population – mais pour les autres ethnies qui peuplent le pays: Biélorusses, Moldaves, Bulgares, Hongrois, Roms, Polonais, Arméniens, Grecs, Allemands, dont les langues ne sont plus toujours relayées dans les circuits écoliers depuis que des lois liberticides ont été édictées, discriminant les minorités.

Point n’est ici l’idée de donner sa bénédiction à l’intervention de Moscou en Ukraine. La violence n’est jamais justifiée. Les images d’habitants fuyant les villes dévastées sont insoutenables. Non, il s’agit plutôt de comprendre pourquoi les habitants des régions d’Ukraine où vivent des minorités rechignent à prêter main forte à l’armée d’un pays qui les considère comme des citoyens de seconde zone. Mourir pour Kiev? Non merci!

Une fois de plus, n’en déplaise aux médias dominants, rien n’est ni tout noir ni tout blanc. Ou plutôt seulement bleu et jaune. D’autant que la guerre, on sait quand elle commence, mais bien malin est celui qui peut prédire quand elle s’achève. Autant dire qu’il faut tout entreprendre pour l’éviter. Anticiper les sources du conflit. Il est vrai que l’on est toujours plus sage après qu’avant mais souffler sur les braises comme le fait l’Occident depuis plusieurs mois est malsain. La fourniture d’avions et d’armes anti-chars à l’armée ukrainienne est une provocation insensée, susceptible de rendre fou de rage le tigre blessé.

La seule solution permettant d’éviter que le conflit s’enlise, voire dégénère dans une dangereuse escalade, est la voie de la négociation. Kiev doit redimensionner son ego et faire comprendre à l’OTAN que l’entité militaire occidentale est indésirable en territoire ukrainien. Parallèlement, l’Ukraine doit se doter d’un statut de pays neutre. Voilà pourquoi la Suisse serait bien inspirée de ne pas s’aligner de manière inconditionnelle sur les sanctions occidentales. Elle a un rôle à jouer en tant que médiatrice.

La guerre depuis son sofa. Dessin ©2022 Stephff

Tags: , , , , ,

6 Responses to “Ni tout noir ni tout blanc”

  1. Martin de Waziers 7 mars 2022 at 06:00 #

    Naïfs et manipulés, nous connaissons le pouvoir des media publics qui sont biaisés par nos politiques qui les subventionnent. Paresseux, nous préférons rester médusés par ce qui fait peur car la guerre est à nos portes. Moutons de Panurge, nous préférons être sujets de la ligne directrice plutôt que d’oser débattre et donner ton genre d’arguments. Merci d’avoir levé ce point et éclairé vos lecteurs !

  2. Shamgar 7 mars 2022 at 19:19 #

    J’ai beaucoup aimé votre éditorial! Il est bien équilibré et informe sur ce que les médias dominants soit ne connaissent pas (car ils recopient d’autres médias dominants qui ne connaissent pas grand-chose en géopolitique et histoire), soit ne veulent rien voir. Cela dit, Poutine a tout faux en voulant faire la guerre et criminalise la Russie aux yeux de l’opinion publique, pendant que Biden confond, une fois de plus, la religion avec la politique!

  3. Citizenclo 8 mars 2022 at 10:37 #

    Bravo et Merci!
    Bons baisers d’Athènes
    Claudine Girod

  4. Terry Caloghiris 14 mars 2022 at 16:04 #

    Quel éditorial confortable, Monsieur Chamberlain! Les mêmes arguments qui ont donné la Tchécoslovaquie à Hitler. Mais qui ne l’ont pas empêché de vouloir conquérir tout le monde occidental, voire plus, aux fins de sauver les minorités germaniques et d’éradiquer les « uber » humains.
    C’est un rêve de penser qu’une Ukraine neutre mais démocratique pourrait survivre!
    Quelqu’un doit arrêter la folie grandiose de Poutine!
    Mais malheureusement pas un chocolat chaud de l’Oberland « neutre »!

Leave a Reply

Les commentaires sous pseudonyme ne seront pas acceptés sur la Méduse, veuillez utiliser votre vrai nom.

Mentions légales - Autorenrechte

Les droits d'utilisation des textes sur www.lameduse.ch restent propriété des auteurs, à moins qu'il n'en soit fait mention autrement. Les textes ne peuvent pas être copiés ou utilisés à des fins commerciales sans l'assentiment des auteurs.

Die Autorenrechte an den Texten auf www.lameduse.ch liegen bei den Autoren, falls dies nicht anders vermerkt ist. Die Texte dûrfen ohne die ausdrûckliche Zustimmung der Autoren nicht kopiert oder fûr kommerzielle Zwecke gebraucht werden.